certains-poissons-utilisent-une-tactique-pour-accoupler

Les mâles dominants d’une espèce de poisson amazonien ont mis au point un moyen simple de saisir les occasions d’accouplement. Ils restent cachés et observent les mâles plus petits et moins dominants qui s’efforcent de persuader une femelle de pondre des œufs – puis ils s’avancent et volent l’attention de la femelle réceptive.

Des « pirates » de la parade nuptiale

Les mâles de rang inférieur (Crenuchus spilurus) consacrent beaucoup de temps et d’efforts à courtiser les femelles. Ils peuvent passer plusieurs jours à tourner autour des herbes aquatiques avec leurs nageoires colorées complètement déployées.

Tiago Pires, de l’Institut national de recherche amazonienne d’Amazonas, au Brésil, a été témoin de ces manifestations alors qu’il faisait de la plongée en apnée dans de petits cours d’eau de la forêt amazonienne et qu’il recueillait des données pour une autre étude sur le comportement de cette espèce.

Mais il a remarqué autre chose : dès qu’un mâle commençait à conduire la femelle maintenant réceptive vers une zone de nidification, un mâle plus dominant sortait de sa cachette – et la femelle choisissait de s’accoupler avec lui à la place.

Ce phénomène est appelé « piratage de la parade nuptiale » et, bien qu’il puisse être propre au poisson Chrenuchus, il est également possible que d’autres animaux soient des « pirates » de la parade nuptiale et que leur tactique n’ait pas encore été remarquée, explique-t-il. « Ce n’est pas quelque chose de moyen que les mâles dominants font », dit Pires. « Ils sont simplement paresseux et sûrs, à l’abri des prédateurs et protégeant leur site de nidification, et attendent de profiter d’un autre mâle. »

Une étude sur ce comportement

Pour étudier ce comportement plus en détail, Pires et ses collègues ont collecté des poissons et les ont ramenés au laboratoire. Ils ont placé trois poissons – un grand mâle, un petit mâle et une femelle – dans chacun des 22 aquariums du laboratoire. Chaque aquarium contenait également des plantes en plastique pour faire la cour et un tuyau en PVC ressemblant aux sites de nidification des poissons – des feuilles enroulées du palmier buriti (Mauritia flexuosa).

Dans ces 22 aquariums, le plus grand mâle s’est emparé du tuyau au cours des cinq premières minutes et s’y est caché, tandis que le plus petit mâle faisait des efforts pour courtiser la femelle, explique Pires.

Finalement, la femelle commence à imiter les mouvements de nage du mâle qui la courtise et son corps s’assombrit, ce qui indique qu’elle est prête à frayer. À ce moment-là, le mâle laborieux conduit la femelle vers la zone de nidification – le tuyau en PVC. Mais dans tous les aquariums où le frai a eu lieu – 19 sur 22 – c’est avec le mâle dominant que la femelle s’est accouplée. Au moment où le frai était sur le point de se produire, le mâle dominant sortait du tuyau et la femelle choisissait de s’accoupler avec lui.

Il montre sa soumission

« Pendant tout le temps qu’ils courtisent, [les petits mâles non dominants] gardent leurs nageoires écartées », dit-il. « Mais dès que ce plus gros mâle sort de sa cachette, il laisse tomber ses nageoires et s’incline latéralement pour montrer sa soumission. »

Cette recherche a été publiée dans Animal Behaviour.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Certains poissons utilisent une tactique pour s'accouplermartinBiologie
Les mâles dominants d'une espèce de poisson amazonien ont mis au point un moyen simple de saisir les occasions d'accouplement. Ils restent cachés et observent les mâles plus petits et moins dominants qui s'efforcent de persuader une femelle de pondre des œufs - puis ils s'avancent et volent l'attention...