découverte-une-molécule-qui-brûle-les-graisses-chez-la-souris

Liée à de graves problèmes de santé tels que le cancer, le diabète et les maladies cardiovasculaires, l’obésité touche plus d’un tiers des adultes aux États-Unis. Actuellement, il existe peu d’interventions thérapeutiques non chirurgicales sûres et efficaces pour les patients souffrant d’obésité.

La protéine Them1 

Maintenant, une équipe multidisciplinaire de chercheurs a démontré qu’une molécule de régulation métabolique appelée Them1 empêche la combustion des graisses dans les cellules en bloquant l’accès à leur source de carburant.

Menée par des experts en microscopie du Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) et des experts en métabolisme du Weill Cornell Medicine et du NewYork-Presbyterian, cette étude pourrait contribuer au développement d’un nouveau type de traitement de l’obésité.

Pour aider à expliquer comment la protéine Them1 désactive la production de chaleur, l’experte en biologie cellulaire et en microscopie du BIDMC, Susan Hagen, vice-présidente associée pour la recherche au département de chirurgie du BIDMC, et Yue Li, chercheur postdoctoral dans son laboratoire, ont utilisé la microscopie optique et électronique pour observer Them1 en action dans des cellules adipeuses brunes de souris cultivées en laboratoire.

« Them1 est une molécule intéressante », a déclaré Hagen. « Si vous inhibez ou bloquez son expression, le métabolisme augmente et cela réduit le poids corporel ». Ces expériences ont montré que lorsque les cellules sont stimulées pour brûler des graisses, une modification chimique fait que les molécules Them1 se répandent, ou se diffusent, dans toute la cellule. Cela permet aux centrales cellulaires appelées mitochondries de transformer efficacement les réserves de graisse de la cellule en énergie.

Them1 condensées limitent la production d’énergie

Mais lorsque la stimulation cesse, les molécules Them1 se réorganisent rapidement en une structure appelée condensat biomoléculaire. Situées entre les mitochondries et les graisses qu’elles utilisent comme carburant, les molécules Them1 condensées limitent la production d’énergie. « Cela s’est avéré incroyablement intéressant », a déclaré Hagen.

« Nous avons demandé à d’autres experts en microscopie s’ils avaient déjà vu quelque chose comme les images inhabituelles que nous avons trouvées dans les cellules au repos. En utilisant des techniques de microscopie électronique très sophistiquées, nous avons pu montrer – pour la première fois, à notre connaissance – à quoi ressemble le condensat bimoléculaire en microscopie électronique. »

Également chez les humains

« Cette étude explique un nouveau mécanisme qui régule le métabolisme », a déclaré David Cohen, chef de la division de gastroentérologie et professeur distingué de médecine. La protéine Them1 pirate le pipeline énergétique et coupe l’approvisionnement en carburant des mitochondries qui brûlent l’énergie. Les humains ont également de la graisse brune et produisent davantage de Them1 dans des conditions de froid, de sorte que ces résultats pourraient avoir des implications intéressantes pour le traitement de l’obésité. »

Cette recherche a été publiée dans la revue Nature Communications.

Source : Beth Israel Deaconess Medical Center
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Découverte d'une molécule qui brûle les graisses chez la sourismartinBiologie
Liée à de graves problèmes de santé tels que le cancer, le diabète et les maladies cardiovasculaires, l'obésité touche plus d'un tiers des adultes aux États-Unis. Actuellement, il existe peu d'interventions thérapeutiques non chirurgicales sûres et efficaces pour les patients souffrant d'obésité. La protéine Them1  Maintenant, une équipe multidisciplinaire de chercheurs...