les-gens-volent-volontiers-les-groupes-même-ils-sont-généreux-en-tête-à-tête

La plupart des gens jouent franc jeu dans les tests de laboratoire où ils peuvent partager ou voler de petites sommes d’argent – pourtant, dans la vie réelle, l’injustice et la tricherie sont monnaie courante.

Une explication à cette contradiction

Maintenant, cette contradiction apparente a une nouvelle explication. Dans les expériences en laboratoire où les gens ont la possibilité de prendre de l’argent à des groupes de personnes, ils le font presque toujours, mais ces mêmes personnes ont tendance à être justes lorsqu’elles traitent avec une seule autre personne.

Les économistes étudient depuis longtemps le comportement des gens au moyen de tests simples en laboratoire, comme le « jeu du dictateur » à deux personnes, dans lequel une personne reçoit une petite somme d’argent et choisit d’en donner une partie à son partenaire de jeu, qu’elle n’a jamais rencontré auparavant. En général, la plupart des gens en donnent une partie, même s’ils ne reçoivent rien en retour, ce qui suggère que nous avons un sens intrinsèque de l’équité.

Dans la vie réelle, cependant, l’injustice est courante, depuis les employés de bureau qui ne contribuent pas à leur part du goûter commun jusqu’à la fraude financière à grande échelle. Nous supposons souvent que les personnes qui trichent de cette manière sont une minorité, ou même que les personnes antisociales sont attirées par des carrières où elles peuvent exploiter les autres, explique Carlos Alós-Ferrer de l’Université de Zurich, en Suisse.

Un test avec le jeu du grand voleur

Pour étudier la question, l’équipe d’Alós-Ferrer a conçu un nouveau test monétaire appelé le jeu du grand voleur, dans lequel toute action déloyale affecte un grand nombre de personnes. Les chercheurs ont demandé à des groupes de 32 personnes de jouer par paires au jeu du dictateur et à deux autres jeux similaires, et les résultats ont été les mêmes que ceux habituellement observés, en ce sens que la plupart des gens ont agi généreusement.

Ils ont également demandé à la moitié du groupe s’ils souhaitaient voler une partie des gains de l’autre moitié, qui s’élevaient à 200 euros en moyenne. Ils pouvaient prendre la moitié du montant, un tiers, un dixième ou rien du tout. L’équipe a répété ce processus avec 640 personnes au total.

Sur les 320 personnes auxquelles on a proposé le vol, 98 % ont pris au moins une partie de l’argent et 56 % en ont pris la moitié. Par souci d’économie, les chercheurs n’ont pas laissé les gens repartir avec la somme choisie, mais l’un des 16 voleurs de chaque groupe a été choisi au hasard pour recevoir cette somme.

Des résultats révélateurs du comportement de l’humain

Ces résultats suggèrent que les gens peuvent être justes envers les individus et égoïstes envers des groupes plus importants, explique Alós-Ferrer. « Les êtres humains sont parfaitement capables de manifester ces deux types de comportements ». Les gens peuvent agir différemment dans la vie réelle et dans les jeux de laboratoire, mais ces résultats suggèrent que les économistes devraient étudier les interactions de groupe ainsi que les interactions entre deux personnes, ajoute-t-il.

Cette recherche a été publiée dans Nature Human Behaviour.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Les gens volent volontiers les groupes même s'ils sont généreux en tête-à-têtemartinSociété
La plupart des gens jouent franc jeu dans les tests de laboratoire où ils peuvent partager ou voler de petites sommes d'argent - pourtant, dans la vie réelle, l'injustice et la tricherie sont monnaie courante. Une explication à cette contradiction Maintenant, cette contradiction apparente a une nouvelle explication. Dans les expériences...