un-médicament-existant-inhibe-le-covid-19

Des scientifiques de l’Université de Chicago ont découvert que le médicament masitinib pourrait être efficace pour traiter le COVID-19. Ce médicament, qui a fait l’objet de plusieurs essais cliniques pour des pathologies humaines mais n’a pas encore reçu l’autorisation de traiter les humains, a inhibé la réplication du SARS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID-19, dans des cultures de cellules humaines et dans un modèle de souris, entraînant des charges virales beaucoup plus faibles.

Le masitinib efficace pour traiter le COVID-19

L’équipe de recherche, composée des scientifiques du laboratoire national Argonne du ministère américain de l’Énergie (DOE), a également constaté que ce médicament pouvait être efficace contre de nombreux types de coronavirus et de picornavirus. En raison de la manière dont il inhibe la réplication, il s’est également avéré rester efficace face aux variants du COVID-19.

« Les inhibiteurs de la principale protéase du SARS-CoV-2, comme le masitinib, pourraient constituer un nouveau moyen potentiel de traiter les patients atteints de COVID-19, en particulier aux premiers stades de la maladie », a déclaré Savas Tay, qui a dirigé ces  recherches. Le COVID-19 sera probablement présent pendant de nombreuses années, et de nouveaux coronavirus continueront à apparaître. Trouver des médicaments existants qui ont des propriétés antivirales peut être un élément essentiel du traitement de ces maladies. »

L’équipe de recherche a utilisé les rayons X ultrabrillants de l’Advanced Photon Source (APS), une installation de l’Office of Science du ministère américain de l’Énergie à Argonne, pour déterminer les structures du SARS-CoV-2 avec ce médicament.

Une course pour trouver des traitements contre le COVID-19

Lorsque les confinements ont commencé en mars 2020, M. Tay et Nir Drayman, un chercheur postdoctoral de l’université de Chicago spécialisé en virologie, ont commencé à réfléchir à la manière dont ils pourraient aider. Pour trouver un meilleur traitement contre cette maladie, ils ont commencé par cribler une bibliothèque de 1 900 médicaments cliniquement sûrs contre l’OC43, un coronavirus qui cause le rhume et peut être étudié dans des conditions normales de biosécurité. Ils ont utilisé des cultures cellulaires pour déterminer l’effet des médicaments sur l’infection.

Ils ont ensuite remis les 30 meilleurs candidats médicaments à Glenn Randall, professeur de microbiologie à l’université de Chicago, qui les a testés sur des cultures cellulaires contre le SARS-CoV-2 au Howard Taylor Ricketts Laboratory. Les mesures effectuées en laboratoire ont révélé que près de 20 médicaments inhibaient le SARS-CoV-2.

Ils ont également envoyé les candidats médicaments à d’autres collaborateurs pour les tester contre la protéase 3CL, l’enzyme des coronavirus qui leur permet de se répliquer à l’intérieur d’une cellule. Ils ont découvert que parmi les candidats médicaments, le masitinib inhibait complètement l’enzyme virale 3CL à l’intérieur de la cellule, ce qui a été confirmé par la cristallographie aux rayons X par Andrzej Joachimiak et ses collègues du Centre de biologie structurelle (CSB) de l’APS. Ce médicament se lie spécifiquement au site actif de la protéase 3CL et inhibe la propagation de la réplication virale.

« Cela nous a donné une bonne idée du mode d’action de ce médicament, et nous sommes convaincus qu’il a une chance de fonctionner chez l’homme », a déclaré M. Drayman.

Un médicament efficace contre les variants et d’autres virus

Les chercheurs ont ensuite collaboré avec leurs homologues de l’université de Louisville pour tester ce médicament sur un modèle de souris. Ils ont constaté qu’il réduisait la charge virale du SARS-CoV-2 de plus de 99 % et les niveaux de cytokines inflammatoires chez les souris. Parallèlement, les chercheurs ont commencé à tester ce médicament dans des cultures cellulaires contre d’autres virus et ont constaté qu’il était également efficace contre les picornavirus, qui comprennent l’hépatite A, la polio et les rhinovirus responsables du rhume.

Ils l’ont également testé dans des cultures cellulaires contre trois variants du SARS-CoV-2, Alpha, Beta et Gamma, et ont constaté qu’il fonctionnait aussi bien contre elles, car il se lie à la protéase et non à la surface du virus.

L’équipe travaille maintenant avec la société pharmaceutique qui a mis au point le masitinib (AB Science) afin de modifier ce médicament pour en faire un antiviral encore plus efficace. Entre-temps, le masitinib lui-même pourrait faire l’objet d’essais cliniques sur l’homme à l’avenir afin d’être testé comme traitement du COVID-19.

Il y aura d’autres coronavirus

« Le masitinib a le potentiel d’être un antiviral efficace dès maintenant, en particulier lorsqu’une personne est infectée pour la première fois et que les propriétés antivirales du médicament ont le plus d’effet », a déclaré M. Drayman. « Ce n’est pas la première épidémie de nouveau coronavirus, et ce ne sera pas la dernière. Outre les vaccins, nous devons disposer de nouveaux traitements pour aider les personnes qui ont été infectées. »

Cette recherche a été publiée dans Science.

Source : Argonne National Laboratory
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Un médicament existant inhibe le COVID-19martinbiothechnologie
Des scientifiques de l'Université de Chicago ont découvert que le médicament masitinib pourrait être efficace pour traiter le COVID-19. Ce médicament, qui a fait l'objet de plusieurs essais cliniques pour des pathologies humaines mais n'a pas encore reçu l'autorisation de traiter les humains, a inhibé la réplication du SARS-CoV-2,...