le-vaccin-contre-la-grippe-une-protection-vitale-contre-le-covid-19

Dans une récente étude, des médecins-scientifiques de l’école de médecine Miller de l’Université de Miami ont montré que le vaccin contre la grippe peut fournir une protection vitale contre le COVID-19.

Une vaste étude sur le vaccin de la grippe

Il s’agit de la plus grande étude de ce type, qui a analysé des dossiers de patients dépersonnalisés provenant du monde entier. Elle suggère fortement que le vaccin annuel contre la grippe réduit les risques d’AVC, de septicémie et de TVP chez les patients atteints du COVID-19. Les patients atteints du COVID-19 qui avaient été vaccinés contre la grippe étaient également beaucoup moins susceptibles de se rendre aux urgences et d’être admis en unité des soins intensifs.

« Seule une petite fraction du monde a été entièrement vaccinée contre le COVID-19 à ce jour, et avec tous les ravages causés par cette pandémie, la communauté mondiale doit encore trouver des solutions pour réduire la morbidité et la mortalité », a déclaré l’auteur principal de cette étude, Devinder Singh, chef de la chirurgie plastique et professeur de chirurgie clinique à la Miller School.

Cette étude a été réalisée à partir de dossiers de patients provenant de plusieurs pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, Israël et Singapour. L’équipe a examiné les dossiers médicaux électroniques dépersonnalisés de la base de données de recherche TriNetX pour plus de 70 millions de patients afin d’identifier deux groupes de 37 377 patients.

Ces deux groupes de patients ont ensuite été appariés en fonction de facteurs susceptibles d’influencer leur risque d’être atteints du COVID-19 sévère, notamment l’âge, le sexe, l’origine ethnique, le tabagisme et les problèmes de santé tels que le diabète, l’obésité et la bronchopneumopathie chronique obstructive. Les membres du premier groupe cette étude avaient reçu le vaccin contre la grippe deux semaines et six mois avant le diagnostic de COVID-19. Ceux du second groupe avaient également reçu un diagnostic positif du COVID-19 mais n’avaient pas été vaccinés contre la grippe.

Une analyse de plusieurs  effets indésirables

L’incidence de 15 effets indésirables (septicémie, accident vasculaire cérébral, thrombose veineuse profonde ou TVP, embolie pulmonaire, insuffisance respiratoire aiguë, syndrome de détresse respiratoire aiguë, arthralgie ou douleurs articulaires, insuffisance rénale, anorexie, crise cardiaque, pneumonie, visites aux urgences, admission à l’hôpital, admission en soins intensifs et décès, dans les 30, 60, 90 et 120 jours suivant le test positif au COVID-19 a ensuite été comparée entre ces deux groupes.

L’analyse a révélé que les personnes qui n’avaient pas été vaccinées contre la grippe étaient beaucoup plus susceptibles (jusqu’à 20 % de plus) d’être admises dans une unité des soins intensifs. Ils étaient également beaucoup plus susceptibles de se rendre aux urgences (jusqu’à 58 % de plus), de développer une septicémie (jusqu’à 45 % de plus), de subir un accident vasculaire cérébral (jusqu’à 58 % de plus) et une TVP (jusqu’à 40 % de plus).

Bien que l’on ne sache pas encore exactement comment le vaccin contre la grippe protège contre le COVID-19, la plupart des théories avancent que le vaccin contre la grippe pourrait renforcer le système immunitaire inné, c’est-à-dire les défenses générales que nous possédons à la naissance et qui ne protègent pas contre une maladie spécifique.

Une protection contre plusieurs effets graves du COVID-19

Ces résultats, selon les auteurs de cette étude, suggèrent fortement que le vaccin contre la grippe peut protéger contre plusieurs effets graves du COVID-19. Cependant, ils recommandent aux gens de se faire vacciner contre le COVID-19 en plus de leur vaccin annuel contre la grippe. La promotion continue du vaccin antigrippal peut également aider la population mondiale à être protégée contre une éventuelle « double-démie », c’est-à-dire une épidémie simultanée de grippe et de coronavirus », a déclaré Susan Taghioff, une des auteures de cette étude.

« Quel que soit le degré de protection offert par le vaccin antigrippal contre les effets indésirables associés au COVID-19, le simple fait de pouvoir préserver les ressources mondiales en matière de soins de santé en maintenant le nombre de cas de grippe sous contrôle est une raison suffisante pour défendre la poursuite des efforts visant à promouvoir la vaccination contre la grippe dans le monde entier. »

Cette recherche a été publiée dans PLoS One.

Source : University of Miami Miller School of Medicine
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Le vaccin contre la grippe : une protection vitale contre le COVID-19martinBiologie
Dans une récente étude, des médecins-scientifiques de l'école de médecine Miller de l'Université de Miami ont montré que le vaccin contre la grippe peut fournir une protection vitale contre le COVID-19. Une vaste étude sur le vaccin de la grippe Il s'agit de la plus grande étude de ce type, qui...