une-thérapie-potentielle-contre-hypertension

Des chercheurs de la faculté de médecine de l’université de Virginie ont déterminé l’emplacement des baromètres naturels de la pression artérielle à l’intérieur de notre corps, qui échappaient aux scientifiques depuis plus de 60 ans.

Des baromètres dans des cellules rénales

Ces capteurs cellulaires détectent les changements subtils de la pression artérielle et ajustent les niveaux d’hormones pour la maintenir sous contrôle. Les scientifiques soupçonnent depuis longtemps l’existence de ces baromètres, ou « barorécepteurs », dans des cellules rénales spécialisées appelées cellules rénines, mais personne n’avait réussi à les localiser jusqu’à présent.

Les nouveaux résultats, obtenus par le Dr Maria Luisa S. Sequeira-Lopez et ses collègues de l’UVA Health, révèlent enfin où se trouvent ces baromètres, comment ils fonctionnent et comment ils contribuent à prévenir l’hypertension ou l’hypotension. Les chercheurs espèrent que ces découvertes permettront de mettre au point de nouveaux traitements contre l’hypertension artérielle.

« Il était passionnant de découvrir que le mécanisme insaisissable de détection de la pression, le barorécepteur, était intrinsèque à la cellule rénine, qui a la capacité de détecter et de réagir, à la fois dans la même cellule », a déclaré Sequeira-Lopez, du département de pédiatrie et du centre de recherche sur la santé de l’enfant de l’UVA. « Les cellules rénines sont donc des capteurs et des réacteurs ».

Capter la pression sanguine

L’existence d’un capteur de pression à l’intérieur des cellules rénines a été proposée pour la première fois en 1957. C’était logique : les cellules devaient savoir quand libérer la rénine, une hormone qui aide à réguler la pression sanguine. Mais même si les scientifiques soupçonnaient l’existence de ce baromètre cellulaire, ils ne pouvaient pas dire de quoi il s’agissait et s’il était situé dans les cellules de rénine ou dans les cellules environnantes.

Sequeira-Lopez et son équipe ont adopté de nouvelles approches pour résoudre ce mystère vieux de plusieurs décennies. En utilisant une combinaison de modèles de laboratoire innovants, ils ont déterminé que le barorécepteur était un « mécanotransducteur » à l’intérieur des cellules rénines.

Ce mécanotransducteur détecte les changements de pression à l’extérieur de la cellule, puis transmet ces signaux mécaniques au noyau de la cellule, comme la cochlée de notre oreille transforme les vibrations sonores en impulsions nerveuses que notre cerveau peut comprendre.

Les chercheurs ont découvert le fonctionnement exact des barorécepteurs. Ils ont découvert que l’application d’une pression sur des cellules de rénine en laboratoire déclenchait des changements au sein des cellules et une diminution de l’activité du gène de la rénine, Ren1. Les scientifiques ont également comparé les différences d’activité du gène dans les reins exposés à une pression plus faible et ceux exposés à une pression plus élevée.

La rénine

En fin de compte, lorsque les barorécepteurs détectent une pression trop élevée à l’extérieur de la cellule de rénine, la production de rénine est limitée, tandis qu’une pression sanguine trop faible incite à produire davantage de rénine. Ce merveilleux mécanisme est essentiel à la capacité de l’organisme à maintenir une bonne pression artérielle. Et maintenant, après plus de 60 ans, nous comprenons enfin comment et pourquoi.

« Je suis très enthousiaste à l’idée de cette découverte, un véritable tour de force que nous avons mis plusieurs années à réaliser. Nous avons eu une excellente collaboration avec le Dr [Douglas] DeSimone du département de biologie cellulaire », a déclaré Mme Sequeira-Lopez.

De possibles thérapies

« Je suis également enthousiasmée par le travail à venir, qui consiste à démêler les mécanismes de signalisation et de contrôle de ce mécanotransducteur et à déterminer comment nous pouvons utiliser ces informations pour développer des thérapies contre l’hypertension. »

Cette recherche a été publiée dans Circulation Research.

Source : University of Virginia
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Une thérapie potentielle contre l'hypertensionmartinBiologie
Des chercheurs de la faculté de médecine de l'université de Virginie ont déterminé l'emplacement des baromètres naturels de la pression artérielle à l'intérieur de notre corps, qui échappaient aux scientifiques depuis plus de 60 ans. Des baromètres dans des cellules rénales Ces capteurs cellulaires détectent les changements subtils de la pression...