une-nouvelle-cible-thérapeutique-contre-les-cancers-agressifs

Selon une nouvelle étude, une protéine présente dans les cellules tumorales pourrait être ciblée pour traiter certains types de cancers agressifs, notamment ceux du cerveau, du sang, de la peau et du rein.

Cibler la protéine METTL1

Les scientifiques, du Wellcome Sanger Institute, de l’Université de Cambridge et de l’Université de Harvard, ont identifié une protéine qui joue un rôle-clé dans la transformation d’un tissu normal en cancer, qui serait une cible possible pour le développement de médicaments. L’inhibition de cette protéine détruit efficacement les cellules cancéreuses dans les modèles de laboratoire, y compris dans les lignées cellulaires et chez les souris, tout en laissant les cellules saines indemnes.

Cette recherche fournit des preuves solides que le développement de médicaments qui bloquent la protéine modificatrice de l’ARN connue sous le nom de METTL1 pourrait donner aux personnes atteintes de cancers agressifs du cerveau, du sang, de la peau et du rein de nouvelles options de traitement.

Les protéines modificatrices de l’ARN, en particulier la famille METTL, sont fortement impliquées dans la réplication cellulaire. Ces protéines ont été trouvées à des niveaux plus élevés dans certaines cellules cancéreuses, y compris dans certains cancers du cerveau, du sang, du pancréas et de la peau, et sont associées à de moins bons résultats.

Auparavant, le Dr Tzelepis, ainsi que son équipe de l’université de Cambridge et leurs collaborateurs du Wellcome Sanger Institute, ont utilisé la technologie d’édition des gènes CRISPR-Cas9 pour dépister les points vulnérables dans les cellules cancéreuses. Les chercheurs ont identifié le gène METTL1 – un gène qui produit la protéine METTL1 modifiant l’ARN.

Les cellules se répliquent plus rapidement

Dans une nouvelle étude qui s’appuie sur ces recherches, des chercheurs du Wellcome Sanger Institute, de l’université de Cambridge et de l’université de Harvard ont maintenant découvert que les mutations du gène METTL1, qui entraînent des niveaux plus élevés de la protéine METTL1, font que les cellules se répliquent plus rapidement et se transforment en cellules cancéreuses, produisant des tumeurs très agressives.

Lorsque l’équipe a inhibé la protéine METTL1 en neutralisant le gène, elle a stoppé la croissance des cellules cancéreuses tout en laissant les cellules normales saines indemnes, à la fois en laboratoire et dans des modèles de souris, ce qui suggère qu’il s’agirait d’une bonne cible pour les traitements des cancers.

Récemment, l’équipe a également mis au point un inhibiteur à petite molécule pour une protéine similaire, METTL3, afin de contribuer au traitement de la leucémie myéloïde aiguë, qui fera l’objet d’essais cliniques en 2022. On espère que cette nouvelle recherche fournira les preuves nécessaires pour commencer à développer un médicament similaire ciblant METTL1, qui pourrait être utilisé pour traiter un éventail plus large de cancers agressifs s’ils présentent une mutation dans le gène METTL1 ou des niveaux élevés de cette protéine.

Un biomarqueur

Comme la protéine METTL1 est élevée dans les cellules cancéreuses dont les résultats sont moins bons, elle pourrait également être utilisée comme biomarqueur pour informer les plans de traitement et identifier les personnes qui bénéficieraient du développement d’un médicament, afin de garantir que les essais cliniques soient aussi rationalisés et personnalisés que possible.

Cette recherche a été publiée dans Molecular Cell.

Source : Wellcome Sanger Institute
Crédit photo : iStock

Une nouvelle cible thérapeutique pour les cancers agressifsmartinBiologie
Selon une nouvelle étude, une protéine présente dans les cellules tumorales pourrait être ciblée pour traiter certains types de cancers agressifs, notamment ceux du cerveau, du sang, de la peau et du rein. Cibler la protéine METTL1 Les scientifiques, du Wellcome Sanger Institute, de l'Université de Cambridge et de l'Université...