que-se-cache-t-il-sous-la-face-cachée-de-la-lune-?

Une nouvelle technique de traitement des données radar lunaires a permis aux scientifiques de voir ce qui se trouve sous la surface de la Lune dans les moindres détails.

De multiples couches sous la Lune

Dans une étude dirigée par l’Université d’Aberdeen, une équipe de chercheurs a découvert de multiples couches de sol situées directement sous une zone de la face cachée de la Lune, infirmant la théorie d’une seule couche profonde dans la même zone. La zone étudiée était le site d’atterrissage de la mission du vaisseau spatial Chang’E-4 – le premier à se rendre sur la face cachée de la Lune.

L’analyse des données radar capturées par le rover de la mission, Yutu-2, avait suggéré l’existence d’une seule couche de sol dans le régolithe (sous-sol) de la Lune. Cependant, les données n’indiquaient pas l’existence de différentes couches de sol, qui étaient transparentes aux ondes électromagnétiques en raison des limites lisses entre elles.

En développant une nouvelle méthode de traitement des données capturées par Yutu-2, qui utilise la forme des signatures radar des roches et des rochers enfouis pour déduire les propriétés du sol lunaire environnant et détecter des couches inédites aux limites lisses, les scientifiques ont pu détecter quatre couches de sol distinctes, empilées à une profondeur de 12 mètres.

Le Dr Giannakis a déclaré : « cette nouvelle méthode de traitement radar que nous avons mise au point nous a permis d’étudier les données radar du site d’atterrissage de Chang’E-4 de manière beaucoup plus détaillée. »

Une structure plus complexe

« Ce faisant, nous avons découvert que, plutôt qu’un régolithe homogène de 12 mètres de profondeur dont on pensait que la source était un cratère voisin appelé Finsen, il existe une structure plus complexe où les 12 premiers mètres sont constitués de quatre couches distinctes qui n’avaient pas été vues auparavant par le traitement radar conventionnel. »

Le Dr Giannakis a déclaré que la mise au point d’une nouvelle méthode d’interprétation des données radar lunaires constitue un développement important pour l’exploration planétaire. Il a ajouté : « nous vivons un nouvel âge d’or de l’exploration spatiale avec de nombreuses missions planétaires réussies et de nombreuses autres prévues pour l’avenir.

« Tianwen-1 et Perseverance sont deux missions martiennes réussies qui incluent un radar dans leurs charges utiles scientifiques, tout comme les missions Chang’E-3, E-4, E-5 et la mission Chang’E-7 qui est prévue.

Une méthode d’une grande importance

« La méthodologie que nous avons développée peut être utilisée pour déduire les propriétés de la subsurface à l’aide du radar et détecter des structures stratifiées inédites dans les 10 à 20 premiers mètres des sols planétaires. Cela sera d’une grande importance en matière d’amélioration de notre compréhension des sols planétaires, car nous pouvons maintenant voir ce qui se trouve sous la surface avec plus de détails que jamais auparavant. »

Cette recherche a été publiée dans Geophysical Research Letters.

Source : University of Aberdeen
Crédit photo : Pixabay