un-médicament-réduit-infection-par-covid-19-de-70-%

Un médicament homologué normalement utilisé pour traiter les niveaux anormaux de substances grasses dans le sang, pourrait réduire jusqu’à 70 % l’infection causée par le virus SARS-CoV-2, révèle une étude menée en laboratoire par une collaboration internationale de chercheurs.

Le médicament fénofibrate

L’équipe de recherche, dirigée par l’Université de Birmingham et l’Université de Keele au Royaume-Uni et l’Institut scientifique San Raffaele en Italie, a démontré que le fénofibrate et sa forme active (acide fénofibrique) peuvent réduire de manière significative l’infection par le SARS-CoV-2 dans des cellules humaines en laboratoire.

Fait important, la réduction de l’infection a été obtenue en utilisant des concentrations du médicament qui sont sûres et réalisables en utilisant la dose clinique standard de fénofibrate. Le fénofibrate, dont l’utilisation est approuvée par la plupart des pays du monde, y compris la FDA et le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) britannique, est un médicament oral actuellement utilisé pour traiter des affections telles que des taux élevés de cholestérol et de lipides dans le sang.

L’équipe demande maintenant que des essais cliniques soient réalisés pour tester ce médicament chez des patients hospitalisés atteints du COVID-19, en complément de deux essais cliniques également en cours chez de tels patients dans le cadre de recherches menées par l’hôpital de l’Université de Pennsylvanie aux États-Unis et l’Université hébraïque de Jérusalem en Israël.

Le SARS-CoV-2  infecte l’hôte par une interaction entre la protéine S à la surface du virus et la protéine réceptrice ACE2 des cellules hôtes. Dans cette étude, répondant à la pandémie mondiale de COVID-19, l’équipe a testé un panel de médicaments déjà homologués – dont le fénofibrate – afin d’identifier les candidats qui perturbent les interactions entre l’ACE2 et la protéine S.

Le fénofibrate réduit l’infection jusqu’à 70 %

Ayant identifié le fénofibrate comme candidat, ils ont ensuite testé l’efficacité de ce médicament pour réduire l’infection dans des cellules en laboratoire en utilisant les souches originales du virus SARS-CoV-2 isolées en 2020. Ils ont constaté que le fénofibrate réduisait l’infection jusqu’à 70 %.

D’autres données non publiées indiquent également que le fénofibrate est aussi efficace contre les variants les plus récents du SARS-CoV-2, notamment les variants alpha et bêta, et des recherches sont en cours sur son efficacité contre le variant delta.

L’auteur correspondant, le Dr Farhat Khanim, de l’Université de Birmingham au Royaume-Uni, a expliqué : « le développement de nouveaux variants plus infectieux du SARS-CoV-2 a entraîné une augmentation rapide des taux d’infection et des décès dans plusieurs pays du monde, notamment au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Europe. Si les programmes de vaccination permettront, on l’espère, de réduire les taux d’infection et la propagation du virus à long terme, il demeure urgent d’élargir notre arsenal de médicaments pour traiter les patients atteints du SARS-CoV-2. »

Un médicament bon marché et disponible dans le monde entier

La coauteure, la Dr Elisa Vicenzi, de l’Institut scientifique San Raffaele à Milan, en Italie, a déclaré : « nos données indiquent que le fénofibrate pourrait avoir le potentiel de réduire la sévérité des symptômes du COVID-19 et aussi la propagation du virus. Étant donné que le fénofibrate est un médicament oral très bon marché et disponible dans le monde entier, qu’il est utilisé depuis longtemps en clinique et qu’il présente un bon profil de sécurité, nos données ont des implications mondiales, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et chez les personnes pour lesquelles les vaccins ne sont pas recommandés ou adaptés, comme les enfants, les personnes souffrant de troubles hyperimmuns et celles qui utilisent des immunosuppresseurs. »

Le premier auteur, le Dr Scott Davies, également de l’Université de Birmingham, a conclu : « nous avons maintenant besoin de toute urgence d’autres études cliniques pour établir si le fénofibrate est un agent thérapeutique potentiel pour traiter l’infection par le SARS-CoV-2. »

Cette recherche a été publiée dans Frontiers in Pharmacology.

Source : University of Birmingham
Crédit photo : iStock

Un médicament réduit l'infection par le COVID-19 de 70 %martinBiologie
Un médicament homologué normalement utilisé pour traiter les niveaux anormaux de substances grasses dans le sang, pourrait réduire jusqu'à 70 % l'infection causée par le virus SARS-CoV-2, révèle une étude menée en laboratoire par une collaboration internationale de chercheurs. Le médicament fénofibrate L'équipe de recherche, dirigée par l'Université de Birmingham et...