faciliter-irm-en-utilisant--la-réalité-virtuelle

Des chercheurs du King’s College de Londres ont créé un nouveau système interactif de la réalité virtuelle destiné à être utilisé par les patients lors d’une IRM. Les chercheurs espèrent que cette avancée facilitera la tâche des personnes pour qui l’IRM est un défi, comme les enfants, les personnes souffrant de troubles cognitifs ou celles qui souffrent de claustrophobie ou d’anxiété.

La RV pour les patients anxieux

En temps normal, les scanners IRM échouent chez 50 % des enfants de moins de 5 ans, ce qui signifie que les hôpitaux ont souvent recours à des médicaments sédatifs, et même à l’anesthésie, pour que les enfants passent le scanner avec succès.

Ces mesures sont longues et coûteuses et comportent leurs propres risques. D’un point de vue neuroscientifique, cela signifie également que les études des fonctions cérébrales basées sur l’IRM ne sont généralement jamais étudiées dans ces populations vulnérables que pendant un état de sommeil artificiel, ce qui peut ne pas être représentatif de la façon dont le cerveau fonctionne dans des circonstances normales.

Le chercheur principal, le Dr Kun Qian, de l’école d’ingénierie biomédicale et des sciences de l’imagerie du King’s College de Londres, a déclaré qu’un examen IRM peut être une expérience assez étrange, car il implique de pénétrer dans un tunnel étroit, avec des bruits forts et souvent étranges en arrière-plan, tout en devant rester aussi immobile que possible.

Un casque RV spécial 

« Nous avons pensé que si nous pouvions rendre un système compatible avec l’environnement IRM, cela pourrait être un moyen alternatif très puissant de scanner avec succès ces populations difficiles. », explique Qian.  Pour offrir aux patients un environnement RV immersif, les chercheurs ont mis au point un casque RV spécial qui peut être utilisé en toute sécurité dans un scanner IRM. Ce casque est conçu pour être étanche à la lumière, de sorte que l’utilisateur ne voit pas du tout son environnement et n’est pas conscient des rappels visuels de sa position.

Une fois le système correctement positionné, un projecteur se met immédiatement en marche, fournissant un contenu immersif et l’expérience RV est alors continue à partir de ce moment jusqu’à ce que le patient soit retiré du scanner à la fin de l’examen.

Les chercheurs affirment que cette mesure, ainsi que d’autres, sont très efficaces pour supprimer le sentiment d’être à l’intérieur de l’appareil d’IRM, car leur scène visuelle est complètement remplacée par l’environnement RV et par la création d’une congruence avec les autres sensations perçues pendant les examens d’IRM, comme le bruit du scanner, le mouvement de la table et sa vibration.

Jusqu’à présent, cela a été fait en incluant des éléments dans la scène visuelle qui indiquent que des travaux de construction sont en cours dans le monde virtuel, ce qui pourrait expliquer le bruit et les vibrations du scanner.

Les utilisateurs peuvent interagir avec le monde virtuel

L’une des principales nouveautés de ce système est que les utilisateurs peuvent interagir avec le monde virtuel par le simple regard, comme nous le faisons dans la vie de tous les jours. À l’heure actuelle, il n’existe aucun autre système compatible avec l’IRM qui combine un système de présentation de la RV et une interaction intuitive de cette manière.

En utilisant son regard (c’est-à-dire en regardant simplement les objets ou les zones de l’environnement de la RV), l’utilisateur peut naviguer dans le monde virtuel, sélectionner des contenus tels que des films et des jeux, jouer à des jeux et établir ou interrompre une liaison vidéo avec son compagnon/soignant.

Ce dernier point signifie qu’un patient anxieux peut interagir à volonté avec un accompagnateur ou un soignant à tout moment de son examen, par l’intermédiaire d’une webcam avec un microphone et un écran installé dans la console. Selon les chercheurs, les prochaines étapes de ce système consistent à développer du contenu et à le tester auprès des patients.

Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.

Source : King’s College London
Crédit photo : Pexels