la-maladie-de-lyme-augmente-le-risque-de-troubles-mentaux

Dans une nouvelle étude, des chercheurs américains et danois indiquent que les patients hospitalisés pour la maladie de Lyme présentaient un taux de troubles mentaux supérieur de 28 % et étaient deux fois plus susceptibles d’avoir fait une tentative de suicide après l’infection, par rapport aux personnes non diagnostiquées.

La maladie de Lyme

Cette étude, le fruit d’une collaboration entre l’Université de Columbia et le Centre de recherche sur la santé mentale de Copenhague, serait la première étude à grande échelle, basée sur la population, à examiner la relation entre la maladie de Lyme et les résultats psychiatriques.

« Il est temps de ne plus considérer la maladie de Lyme comme une simple maladie qui ne provoque qu’une éruption cutanée », a déclaré Brian Fallon, psychiatre à l’Institut de psychiatrique de l’État de New York et à l’Université Columbia, qui est l’auteur principal d’un article. « En plus du risque de graves problèmes cardiaques, rhumatologiques et neurologiques, la maladie de Lyme peut également causer de graves problèmes de santé mentale. »

Un taux plus élevé de décès par suicide

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont analysé les diagnostics des dossiers médicaux de près de 7 millions de personnes vivant au Danemark sur une période de 22 ans, en comparant les données sur la santé mentale des individus après un diagnostic hospitalier de la maladie de Lyme au reste de la population danoise qui n’avait jamais eu de diagnostic de Lyme enregistré dans le registre médical national.

L’analyse a révélé que les patients atteints de la maladie de Lyme présentaient non seulement un risque plus élevé de troubles mentaux et de tentatives de suicide, mais aussi un taux de troubles affectifs, tels que la dépression et le trouble bipolaire, 42 % plus élevé et un taux de décès par suicide 75 % plus élevé que les patients non diagnostiqués. En outre, le fait d’avoir connu plus d’un épisode de maladie de Lyme était associé à un taux plus élevé de troubles mentaux, de troubles affectifs et de tentatives de suicide.

Un demi-million de personnes traitées à chaque année

Chaque année, près d’un demi-million de personnes aux États-Unis sont diagnostiquées et traitées pour la maladie de Lyme, qui est causée par une bactérie transportée par les tiques du cerf et transmise à l’homme par leur morsure. La majorité des cas ont été signalés dans les États du nord-est, du centre de l’Atlantique et du centre-nord, mais l’aire géographique où l’on trouve des tiques et des maladies transmises par les tiques ne cesse de s’étendre.

Bien que la plupart des cas puissent être guéris par un traitement avec un antibiotique oral de deux à quatre semaines, 10 à 20 % des patients peuvent souffrir de symptômes de douleur, de fatigue ou de difficultés à penser qui durent des mois, et parfois des années, après le traitement.

Plusieurs études ont mis en évidence un lien entre la maladie de Lyme et les troubles cognitifs des mois ou des années après l’antibiothérapie ou chez les personnes dont l’infection n’est pas traitée. Dans les cas graves, les personnes atteintes de la maladie de Lyme à un stade avancé peuvent présenter des troubles de la concentration, des troubles de la mémoire et du sommeil, ainsi qu’un dysfonctionnement nerveux douloureux.

Le nombre de cas serait plus élevé

Selon les chercheurs, les résultats de cette étude sont toutefois emblématiques d’une tendance dans les cas de la maladie de Lyme qui ne doit pas être négligée. Le registre médical danois ne contient que les diagnostics psychiatriques posés en milieu hospitalier – et non par les cliniciens dans les communautés – et il est probable que le nombre de personnes présentant de nouveaux problèmes de santé mentale à la suite d’une infection soit beaucoup plus élevé.

« Cette étude nationale confirme l’association entre la maladie de Lyme et les troubles psychiatriques », a déclaré le Dr Michael Benros.  » Les cliniciens traitants et les patients doivent être conscients d’un risque accru de problèmes de santé mentale, en particulier au cours de la première année après une infection sévère par la maladie de Lyme, et si des problèmes de santé mentale apparaissent, les patients doivent chercher un traitement et des conseils  »

Cette recherche a été publiée dans The American Journal of Psychiatry.

Source : Columbia University Department of Psychiatry
Crédit photo : iStock

La maladie de Lyme augmente le risque de troubles mentauxmartinBiologie
Dans une nouvelle étude, des chercheurs américains et danois indiquent que les patients hospitalisés pour la maladie de Lyme présentaient un taux de troubles mentaux supérieur de 28 % et étaient deux fois plus susceptibles d'avoir fait une tentative de suicide après l'infection, par rapport aux personnes non diagnostiquées. La...