un-médicament-potentiel-pour-la-maladie-Alzheimer-et-de-Parkinson

Des chercheurs de l’Oregon Health & Science University ont démontré pour la première fois qu’il était possible d’utiliser une hormone thyroïdienne synthétique pour réguler un gène impliqué dans des maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques.

Traiter des maladies neurodégénératives 

Les résultats des tests effectués sur des cellules et des souris laissent entrevoir la possibilité de mettre au point de nouveaux médicaments pour traiter ces maladies débilitantes.

« C’est le premier exemple rapporté qui montre qu’il est possible d’augmenter l’expression du gène TREM2 d’une manière qui conduira à la guérison de certaines maladies », a déclaré l’auteur principal Tom Scanlan, professeur de physiologie et de pharmacologie à la faculté de médecine de l’OHSU. « Cela va susciter beaucoup d’enthousiasme ».

Cette découverte s’appuie sur une publication de 2013 reliant des variantes génétiques de TREM2 au risque de la maladie d’Alzheimer. Ces nouvelles recherches de l’OHSU s’appuient sur ces travaux en montrant qu’il est possible d’activer l’expression de TREM2 et la voie TREM2 à l’aide d’un composé initialement développé il y a plus de vingt ans pour réduire le cholestérol.

Les chercheurs ont administré un analogue de ce composé qui pénètre dans le système nerveux central des souris. Ils ont découvert qu’il était capable d’augmenter l’expression de TREM2 et de réduire les lésions de la myéline. La myéline est la gaine protectrice qui recouvre les fibres nerveuses et qui est endommagée dans des maladies comme la sclérose en plaques.

Augmenter l’expression de TREM2 

La voie activée par le gène TREM2 est également impliquée dans les maladies neurodégénératives, notamment les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. « TREM2 est un récepteur », a déclaré Scanlan. « Il détecte les débris cellulaires endommagés par la maladie et réagit de manière curative et productive. L’idée est que si l’on peut simplement augmenter son expression, cela va conduire à un effet thérapeutique dans la plupart des maladies neurodégénératives. »

TREM2 est une « cible » viable pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, d’après la génétique et d’autres études », a déclaré Joseph Quinn, professeur de neurologie. « Ce nouveau rapport a des implications importantes pour tester une nouvelle approche thérapeutique de la maladie d’Alzheimer, notamment en soulevant la possibilité de développer un nouveau médicament pour réguler TREM2. »

Le composé d’hormone thyroïdienne synthétique, connu sous le nom de sobetirome et des analogues similaires, est déjà sous licence par une société dérivée de l’OHSU pour mener des essais cliniques pour les maladies du système nerveux central, y compris la sclérose en plaques.

Des essais cliniques pas si lointains

Contrairement à d’autres découvertes scientifiques fondamentales sur des souris, Scanlan a déclaré que cette dernière découverte relie cette classe de composés à la maladie d’Alzheimer, à la maladie de Parkinson et à d’autres maladies neurodégénératives, faisant ainsi progresser la science d’un pas de plus vers des essais cliniques sur des personnes atteintes de maladies débilitantes. « La possibilité de procéder à des essais cliniques n’est pas à des millions de kilomètres », a déclaré M. Scanlan. « Ce serait une chose réalisable ».

Cette recherche a été publiée dans Cell Chemical Biology.

Source : Oregon Health & Science University
Crédit photo : iStock

Un médicament potentiel pour la maladie d'Alzheimer et de Parkinsonmartinbiothechnologie
Des chercheurs de l'Oregon Health & Science University ont démontré pour la première fois qu'il était possible d'utiliser une hormone thyroïdienne synthétique pour réguler un gène impliqué dans des maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques. Traiter des maladies neurodégénératives  Les résultats...