une-molécule-épuise-les-cellules-protectrices-du-cancer

Une molécule à deux bras peut épuiser efficacement les cellules protectrices du cancer à l’intérieur des tumeurs, permettant au système immunitaire de combattre les tumeurs sans devenir hyperactif. Cette découverte pourrait conduire à de nouveaux types d’immunothérapies contre le cancer.

Épuiser les Tregs dans les cancers

« En éliminant efficacement ces cellules immunosuppressives à l’intérieur des tumeurs plutôt que dans l’ensemble de l’organisme, le système immunitaire peut attaquer les cancers sans provoquer de troubles auto-immuns nuisibles », a déclaré le chef de cette étude, Yang-Xin Fu, professeur de pathologie, d’immunologie et de radio-oncologie à l’UT Southwestern. Le Dr Fu a codirigé cette étude avec Anli Zhang, et Zhenhua Ren, deux chercheurs postdoctoraux de son laboratoire.

Depuis des décennies, les chercheurs savent que le système immunitaire joue non seulement un rôle-clé dans la lutte contre les cancers grâce à l’action directe des cellules T tueuses et d’autres composants, mais qu’il s’oppose également à ces efforts par l’intermédiaire de cellules appelées cellules T régulatrices (Tregs).

Ces Tregs contribuent à réguler la réponse immunitaire en empêchant diverses cellules immunitaires de devenir trop actives et de provoquer des maladies auto-immunes. Cependant, elles s’accumulent également dans les tumeurs, les protégeant ainsi des attaques immunitaires.

Les Tregs maintiennent un équilibre entre deux protéines à leur surface – CTLA-4 et CD47 – qui diffusent respectivement des signaux « mangez-moi » et « ne me mangez pas » aux phagocytes qui gardent les Tregs sous contrôle, a expliqué le Dr Fu. Diverses immunothérapies ont cherché à renforcer le signal « mange-moi » ou à diminuer le signal « ne me mange pas » pour réduire les Tregs dans les tumeurs.

Cependant, chaque stratégie présente des inconvénients : l’augmentation du signal « mange-moi » a des effets systémiques qui stimulent l’auto-immunité, tandis que la diminution du signal « ne me mange pas » n’a été prometteuse que pour le traitement des cancers du sang, comme les leucémies.

Une molécule à deux bras

À la recherche d’un nouveau moyen d’épuiser les Tregs, les docteurs Fu, Zhang, Ren et leurs collègues ont créé une molécule à deux bras qui augmente simultanément le signal « mangez-moi » tout en bloquant le signal « ne me mangez pas » pour inciter les phagocytes à consommer ces cellules immunosuppressives.

Lorsqu’elle a été injectée dans des modèles murins de cancer du côlon, ils ont constaté qu’elle épuisait préférentiellement les Tregs dans les tumeurs sans affecter ceux du reste du corps, épargnant ainsi les animaux de la maladie auto-immune induite par ce traitement.

Cependant, l’administration à ces animaux de quantités équivalentes et distinctes du booster « mange-moi » et du bloqueur « ne me mange pas » a provoqué des effets secondaires auto-immuns systémiques, ce qui suggère que la combinaison de ces deux éléments dans une même molécule est essentielle pour atteindre les Tregs dans les tumeurs – c’est la raison pour laquelle que cette molécule est appelée « à deux bras ».

Une approche qui fonctionnerait chez l’humain

Comme le nombre de Tregs a diminué avec ce traitement, les tumeurs des animaux ont diminué de manière significative. Cette stratégie a également fonctionné chez des souris porteuses de tumeurs cancéreuses du poumon humain, ce qui suggère qu’elle pourrait être viable chez les patients humains. « Dans le passé, il n’y avait aucun moyen de se débarrasser de ces Tregs suppressifs sans toxicité grave », a déclaré le Dr Fu. « Notre étude suggère un moyen de parvenir à ce résultat ».

Cette recherche a été publiée dans Science Translational Medicine.

Source : UT Southwestern Medical Center
Crédit photo : iStock

Une molécule épuise les cellules protectrices du cancermartinbiothechnologie
Une molécule à deux bras peut épuiser efficacement les cellules protectrices du cancer à l'intérieur des tumeurs, permettant au système immunitaire de combattre les tumeurs sans devenir hyperactif. Cette découverte pourrait conduire à de nouveaux types d'immunothérapies contre le cancer. Épuiser les Tregs dans les cancers 'En éliminant efficacement ces cellules...