la-démence-est-moins-présente-pour-les-emplois-mentalement-exigeants

Les personnes ayant un emploi intellectuellement stimulant sont légèrement moins susceptibles de développer une démence à un âge avancé – et nous avons peut-être de nouveaux indices sur la façon dont le mode de vie d’une personne protège physiquement son cerveau.

La démence et les emplois

Cette découverte vient appuyer l’idée que les personnes ayant une vie intellectuelle plus active sont en quelque sorte protégées contre la démence par une « réserve cognitive », mais on ne sait toujours pas si nous pouvons réduire le risque de démence en modifiant notre mode de vie.

L’idée d’une réserve cognitive découle des constatations selon lesquelles les personnes sont moins susceptibles de développer une démence si elles obtiennent de meilleurs résultats aux tests de QI dans l’enfance, ou si elles mènent une vie intellectuelle active en vieillissant.

Elle a donné lieu à des conseils selon lesquels les gens devraient essayer de préserver la santé de leur cerveau en vieillissant en pratiquant des passe-temps exigeants sur le plan mental, tels que les mots croisés ou les jeux « d’entraînement cérébral », mais les essais randomisés ne fournissent que peu de preuves.

Mika Kivimäki, de l’University College London (Royaume-Uni), et ses collègues se sont demandé si l’effet serait plus net si l’on tenait compte de la stimulation mentale apportée par le travail des gens, car nous avons tendance à passer plus de temps au travail qu’à pratiquer des passe-temps.

Une étude sur 100 000 personnes

Son équipe a analysé les résultats de sept études réalisées au Royaume-Uni et dans d’autres pays. Ces études ont porté sur plus de 100 000 personnes, ils ont enregistré leur profession et ont déterminé si elles ont développé une démence au cours des 17 années suivantes.

Les personnes exerçant des professions stimulantes sur le plan mental présentaient un risque de démence plus faible que les autres, même si la différence était faible. Cela se traduirait par un retard de 1,7 an dans le diagnostic de la démence chez les personnes âgées d’environ 80 ans, ayant exercé un emploi exigeant sur le plan mental, soit 2,5 cas diagnostiqués en moins pour 10 000 « personnes-années », une mesure qui combine le nombre de personnes et le nombre d’années pendant lesquelles elles ont été suivies.

Le groupe a également examiné les niveaux de près de 5000 substances biochimiques dans le sang des personnes, qui avaient été mesurés dans deux études. Les emplois exigeants sur le plan mental et la diminution du risque de démence étaient tous deux liés à des niveaux plus faibles de trois composés potentiellement dangereux.

Des recherches antérieures menées sur des animaux et des cellules cultivées en laboratoire indiquent que ces composés bloquent la formation de nouvelles synapses – les connexions entre les cellules – ou d’excroissances de cellules cérébrales appelées axones. Selon M. Kivimäki, cela pourrait expliquer comment l’activité mentale protège contre la démence, si c’est effectivement le cas.

Des médicaments ciblant ces protéines

Ces protéines pourraient être ciblées par des médicaments afin de réduire le risque de démence, poursuit M. Kivimäki. « Cependant, nous avons besoin de plus d’informations sur la causalité : ces protéines affectent-elles réellement le cerveau ou sont-elles seulement des marqueurs d’autres facteurs qui affectent le cerveau ? »

Cette recherche a été publiée dans le BMJ.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

La démence est moins présente pour les emplois mentalement exigeantsmartinBiologie
Les personnes ayant un emploi intellectuellement stimulant sont légèrement moins susceptibles de développer une démence à un âge avancé - et nous avons peut-être de nouveaux indices sur la façon dont le mode de vie d'une personne protège physiquement son cerveau. La démence et les emplois Cette découverte vient appuyer l'idée...