parkinson-la-stimulation-transcrânienne-renforce-effet-de-exercice-aérobique

La stimulation transcrânienne à courant continu (STCC) peut accroître les bienfaits de l’exercice aérobique et améliorer la démarche des patients atteints de la maladie de Parkinson immédiatement après une séance. La variabilité du temps de pas diminue, le temps de réaction raccourcit et le contrôle exécutif de la marche est amélioré.

Les effets de la STCC

Telles sont les principales conclusions d’une étude randomisée, à double aveugle et contrôlée de 20 volontaires par des chercheurs de l’Institut des biosciences de l’Université d’État de São Paulo (IB-UNESP) à Rio Claro, au Brésil.

Les participants ont assisté à deux séances de 30 minutes d’exercice aérobique (vélo à intensité modérée) à une semaine d’intervalle, combinées à différentes conditions de STCC, active ou « sham » (placebo). Les fonctions cognitives et l’activité du cortex préfrontal pendant la marche ont été évaluées avant et immédiatement après chaque session. Des paramètres spatio-temporels ont également été inclus dans l’analyse pour évaluer la variabilité de la marche, la longueur des pas et la vitesse de traitement.

« Par rapport à la pré-évaluation, les participants ont diminué la variabilité du temps de pas, raccourci les temps de réaction simples et de choix, et augmenté l’activité du cortex préfrontal dans l’hémisphère stimulé pendant la marche uniquement après l’exercice aérobique et la STCC active », conclut l’article. Les auteurs ont été soutenus par la FAPESP.

De très bons résultats

Selon Rodrigo Vitório, professeur et dernier auteur d’un article, une comparaison impartiale a été assurée en administrant les interventions actives et un placebo ou un traitement fictif à des jours différents. La moitié des participants ont reçu 20 minutes de STCC réelle suivie d’une STCC simulée pendant 10 secondes. L’autre moitié a subi les procédures dans l’ordre inverse (traitement fictif suivi du traitement réel).

Dans la STCC, deux petites électrodes rectangulaires sont fixées à des endroits spécifiques de la tête. L’appareil est portable et fonctionne sur batterie. Le courant est très faible (2 milliampères) mais suffisant pour traverser le cuir chevelu et stimuler les neurones de la région concernée.

« Malgré les limites d’un si petit échantillon, nous avons constaté que la stimulation transcrânienne activait le cortex préfrontal, une région du cerveau que les patients atteints de la maladie de Parkinson utilisent davantage pour contrôler la marche que les personnes en bonne santé. Une seule séance associée à un exercice physique a renforcé la fonction cognitive et produit d’autres améliorations », a déclaré Vitório, actuellement chargé de recherche à la faculté des sciences de la santé et de la vie de l’université Northumbria, au Royaume-Uni.

Cette recherche a été publiée dans Neurorehabilitation & Neural Repair.

Source : FAPESP
Crédit photo : Istock

Parkinson : la stimulation transcrânienne renforce l'effet de l'exercice aérobiquemartinBiologie
La stimulation transcrânienne à courant continu (STCC) peut accroître les bienfaits de l'exercice aérobique et améliorer la démarche des patients atteints de la maladie de Parkinson immédiatement après une séance. La variabilité du temps de pas diminue, le temps de réaction raccourcit et le contrôle exécutif de la marche...