un-lien-entre-les-crises-cardiaques-des-jeunes-adultes-et-le-mode-de-vie

Les jeunes victimes de crises cardiaques sont plus susceptibles d’être fumeurs, obèses, hypertendus ou diabétiques que leurs pairs, selon une nouvelle recherche. Cette étude montre que si les antécédents parentaux de crise cardiaque prématurée sont liés aux événements cardiaques à un jeune âge, ils ne sont pas le seul facteur contributif.

Une étude chez les jeunes adultes

« Ces résultats soulignent l’importance de la prévention du tabagisme et du surpoids chez les enfants et les adolescents afin de réduire la probabilité des maladies cardiaques plus tard dans la vie », a déclaré l’auteur de cette étude, le professeur Harm Wienbergen de l’Institut de Brême pour la recherche sur le cœur et la circulation, en Allemagne.

« Comprendre les raisons des crises cardiaques chez les jeunes adultes est important d’un point de vue sociétal en raison de leurs responsabilités professionnelles et familiales », a-t-il poursuivi. « Cependant, il existe peu de données sur les prédicteurs d’événements cardiaques dans ce groupe ».

Cette étude cas-témoins a comparé les caractéristiques cliniques des patients admis à l’hôpital pour un infarctus aigu du myocarde à l’âge de 45 ans ou moins avec des individus choisis au hasard dans la population générale de la même région géographique en Allemagne. Les cas et les témoins ont été appariés selon l’âge et le sexe. Au total, 522 patients ont été recrutés dans le registre STEMI de Brême et 1 191 témoins appariés ont été identifiés dans la cohorte nationale allemande (NAKO).

Plusieurs facteurs expliquent ces résultats

La proportion des fumeurs actifs était plus de trois fois supérieure dans le groupe des jeunes victimes de crise cardiaque par rapport à la population générale (82,4 % contre 24,1 % ; p<0,01). Les patients étaient plus susceptibles de souffrir d’hypertension artérielle (25,1 % contre 0,5 % ; p<0,01), de diabète (11,7 % contre 1,7 % ; p<0,01) et d’antécédents parentaux de crise cardiaque prématurée (27,6 % contre 8,1 % ; p<0,01) par rapport à leurs pairs.

Les patients étaient plus souvent obèses, avec un indice de masse corporelle (IMC) médian de 28,4 kg/m2 contre 25,5 kg/m2 pour les témoins (p<0,01). En revanche, la proportion des personnes consommant de l’alcool au moins quatre fois par semaine était plus élevée dans la population en général (11,2 %) que chez les patients cardiaques (7,1 % ; p<0,01).

Les chercheurs ont analysé les facteurs de risque indépendants pour la survenue d’un infarctus aigu du myocarde à l’âge de 45 ans ou moins. L’analyse a été ajustée en fonction de l’âge, du sexe, de l’hypertension artérielle, du diabète, du tabagisme actif, de l’indice de masse corporelle, de la consommation d’alcool, des années d’études et de la naissance en Allemagne.

Le fait d’être hypertendu était associé à une probabilité 85 fois plus élevée de subir une crise cardiaque à l’âge de 45 ans ou moins. Les risques correspondants de crise cardiaque prématurée associés au tabagisme, au diabète sucré, aux antécédents parentaux et à l’obésité (IMC de 30 kg/m2 ou plus) étaient de 12, 5, 3 et 2. La consommation d’alcool était associée à une probabilité moindre de crise cardiaque à un jeune âge, avec un rapport de cotes de 0,3.

Le professeur Wienbergen a déclaré : « notre étude montre que le tabagisme et les facteurs métaboliques, tels que l’hypertension, le diabète et l’obésité, sont fortement associés à une probabilité accrue d’infarctus aigu du myocarde prématuré. Un effet protecteur de la consommation modérée d’alcool a été décrit par d’autres études et est confirmé dans la présente analyse de jeunes patients. »

Les antécédents familiaux ne sont pas le seul facteur

Il conclut : « notre étude suggère que les antécédents familiaux ne sont pas le seul facteur de prédisposition aux crises cardiaques précoces. Ces résultats ajoutent de l’élan à l’argument selon lequel les jeunes devraient être éduqués sur les raisons pour lesquelles il est important de ne pas fumer et d’avoir un poids corporel sain. »

Cette recherche a été publiée dans Circulation.

Source : European Society of Cardiology
Crédit photo : iStock

Un lien entre les crises cardiaques des jeunes adultes et le mode de viemartinBiologie
Les jeunes victimes de crises cardiaques sont plus susceptibles d'être fumeurs, obèses, hypertendus ou diabétiques que leurs pairs, selon une nouvelle recherche. Cette étude montre que si les antécédents parentaux de crise cardiaque prématurée sont liés aux événements cardiaques à un jeune âge, ils ne sont pas le seul...