des-drones-ont-livré-des-défibrillateurs-à-des-patients

Les chercheurs du Karolinska Institutet en Suède peuvent maintenant présenter les résultats d’un projet pilote unique en son genre, dans le cadre duquel des drones ont été utilisés pour livrer des défibrillateurs à des patients suspectés d’être victimes d’un arrêt cardiaque. Les drones ont été envoyés dans plus d’un cinquième des cas d’urgence et sont arrivés à temps et avant l’ambulance dans la plupart des cas.

Des drones ont transporté des défibrillateurs

« C’est la première fois au monde qu’un groupe de recherche peut présenter les résultats d’une étude dans laquelle des drones ont transporté des défibrillateurs sur les lieux d’alertes réelles de suspicion d’arrêt cardiaque », a déclaré le chercheur principal Andreas Claesson.

Dans le but d’atteindre plus rapidement les victimes d’arrêts cardiaques hors de l’hôpital, les chercheurs du Karolinska Institutet, en collaboration avec l’opérateur national d’urgence SOS Alarm, la région de Västra Götaland et l’opérateur de drones Everdrone AB, ont étudié l’utilisation de drones pour envoyer rapidement des défibrillateurs parallèlement aux ambulances.

Cette étude, qui a été réalisée au cours de l’été 2020 dans les villes de Göteborg et de Kungälv, dans l’ouest de la Suède, décrit une méthode intégrée où les opérateurs d’urgence, les pilotes de drones et le contrôle du trafic aérien ont travaillé ensemble pour faciliter cette double réponse.

Au cours de la période d’étude de quatre mois, ces drones ont décollé en réponse à 12 des 53 alertes de suspicion d’arrêt cardiaque, et ont livré avec succès un défibrillateur externe automatisé (DEA) sur le site dans 11 de ces cas (92 %). Dans sept cas (64 %), les drones sont arrivés avant l’ambulance, avec un avantage de temps médian de 1 minute et 52 secondes. Les drones ont parcouru une distance médiane de 3,1 kilomètres sans causer de perturbations ou de dommages aux alentours. Aucun défibrillateur fourni par ces drones n’a été attaché aux patients avant l’arrivée de l’ambulance.

Une méthode sûre et ciblée

« Même si aucun des DEA n’a été utilisé cette fois-ci, notre étude montre qu’il est possible d’utiliser des drones pour transporter des défibrillateurs de manière sûre et avec une précision ciblée lors d’urgences réelles », explique la première auteure, Sofia Schierbeck, étudiante au Centre des sciences de la réanimation du département des sciences cliniques. « Une condition préalable à leur utilisation future est que le répartiteur prenne l’initiative et donne des instructions aux personnes sur place pour qu’elles récupèrent et fixent rapidement le DEA afin d’aider la personne en arrêt cardiaque. »

« Depuis la fin de cette étude, nous avons identifié plusieurs domaines d’amélioration », indique Andreas Claesson. « En avril de cette année, nous avons commencé une étude de suivi avec un système plus optimisé. Dans cette étude, nous voulons vérifier si nous pouvons utiliser les drones dans un plus grand nombre d’alertes et réduire encore le temps de réponse, ce qui augmenterait le gain de temps par rapport à l’ambulance. Chaque minute sans traitement dans les premiers stades réduit les chances de survie d’environ 10 %, et c’est pourquoi nous pensons que cette nouvelle méthode de transport a le potentiel de sauver des vies. »

Cette recherche a été publiée dans le European Heart Journal.

Source : Karolinska Institutet
Crédit photo : Pixabay