avoir-eu-le-covid-19-cofère-une-plus-forte-immunité-que-un-vaccin

La protection immunitaire naturelle qui se développe après une infection par le SARS-CoV-2 offre une protection bien plus efficace contre le variant Delta du coronavirus pandémique que deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech, selon une vaste étude israélienne.

L’immunité naturelle meilleure qu’un vaccin

Les données nouvellement publiées montrent que les personnes ayant déjà été infectées par le SARS-CoV-2 étaient beaucoup moins susceptibles que les personnes vaccinées n’ayant jamais été infectées de contracter le variant Delta, d’en développer les symptômes ou d’être hospitalisées en raison de la gravité du COVID-19.

Cette étude démontre la puissance du système immunitaire humain, mais les experts en maladies infectieuses ont souligné que ce vaccin et d’autres pour le COVID-19 restent néanmoins très protecteurs contre les maladies graves et la mort. Et ils préviennent qu’une infection intentionnelle chez les personnes non vaccinées serait extrêmement risquée. Mais pour ceux qui ont déjà été infectés, l’immunité naturelle est plus forte que d’avoir été vacciné.

Cette étude, menée dans l’un des pays les plus fortement vaccinés contre le COVID-19, a examiné les dossiers médicaux de dizaines de milliers d’Israéliens, consignant leurs infections, leurs symptômes et leurs hospitalisations entre le 1er juin et le 14 août, date à laquelle le variant Delta prédominait en Israël. Selon les responsables de cette étude, il s’agit de la plus grande étude d’observation en conditions réelles menée à ce jour pour comparer l’immunité naturelle et l’immunité induite par le vaccin contre le SARS-CoV-2.

Cette recherche impressionne Nussenzweig et d’autres scientifiques qui ont examiné une préimpression des résultats, publiée sur medRxiv. « C’est un exemple classique de la façon dont l’immunité naturelle est vraiment meilleure que la vaccination », déclare Charlotte Thålin, médecin et chercheur en immunologie à l’hôpital Danderyd et à l’Institut Karolinska, qui étudie les réponses immunitaires au SARS-CoV-2. « À ma connaissance, c’est la première fois que [cela] a vraiment été démontré dans le contexte du COVID-19 ».

Une analyse basée sur 2,5 millions d’Israéliens

Cette nouvelle analyse s’appuie sur la base de données du Maccabi Healthcare Services, qui recense environ 2,5 millions d’Israéliens. Cette étude, dirigée par Tal Patalon et Sivan Gazit a révélé dans deux analyses que les personnes jamais infectées qui ont été vaccinées en janvier et février étaient, en juin, juillet et première moitié d’août, six à 13 fois plus susceptibles d’être infectées que les personnes non vaccinées qui avaient déjà été infectées par le coronavirus. Dans une analyse, comparant plus de 32 000 personnes le risque de développer un COVID-19 symptomatique était 27 fois plus élevé chez les vaccinés, et le risque d’hospitalisation huit fois plus élevé.

« Nous continuons à sous-estimer l’importance de l’immunité naturelle contre l’infection, en particulier lorsque l’infection est récente », a déclaré Eric Topol, médecin-chercheur au Scripps Research. « Et lorsque vous la renforcez avec une dose de vaccin, vous la portez à des niveaux qu’aucun vaccin au monde ne peut atteindre en ce moment. »

Selon M. Nussenzweig, les résultats obtenus chez des personnes vaccinées et infectées antérieurement confirment les résultats obtenus en laboratoire dans une série d’articles publiés dans Nature et Immunity par son groupe, son collègue de l’université Rockefeller, Paul Bieniasz, et d’autres, ainsi que dans une pré-publication publiée ce mois-ci par Bieniasz et son équipe. Selon M. Nussenzweig, ces résultats montrent que le système immunitaire des personnes qui développent une immunité naturelle contre le SARS-CoV-2 et qui sont ensuite vaccinées produit des anticorps exceptionnellement forts et puissants contre le coronavirus.

Le développement d’anticorps se poursuit pendant un an

Le groupe de Nussenzweig a publié des données montrant que les personnes qui se remettent d’une infection par le SARS-CoV-2 continuent à développer un nombre et des types croissants d’anticorps ciblant le coronavirus pendant un an. En revanche, dit-il, les personnes vaccinées deux fois cessent d’observer une augmentation « de la puissance ou de l’étendue du profil global d’anticorps mémoire » quelques mois après leur deuxième dose.

Pour de nombreuses maladies infectieuses, l’immunité acquise naturellement est connue pour être plus puissante que l’immunité induite par un vaccin et elle dure souvent toute la vie. D’autres coronavirus à l’origine des graves maladies humaines que sont le syndrome respiratoire aigu sévère et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient déclenchent des réponses immunitaires robustes et persistantes. Dans le même temps, plusieurs autres coronavirus humains, qui ne provoquent généralement guère plus que des rhumes, sont connus pour réinfecter régulièrement les gens.

Source : Science
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

Avoir eu le COVID-19 confère une plus forte immunité qu'un vaccinmartinBiologie
La protection immunitaire naturelle qui se développe après une infection par le SARS-CoV-2 offre une protection bien plus efficace contre le variant Delta du coronavirus pandémique que deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech, selon une vaste étude israélienne. L'immunité naturelle meilleure qu'un vaccin Les données nouvellement publiées montrent que les personnes ayant...