arrêt-du-tabac-après-une-crise-cardiaque-lié-à-une-meilleure-humeur

Les fumeurs souffrant de dépression au moment d’une crise cardiaque qui arrêtent de fumer ont plus de chances d’améliorer leur humeur que ceux qui poursuivent cette habitude. C’est ce qui ressort d’une étude présentée au congrès de l’ESC 2021.1,2.

Le tabagisme et l’humeur

Le tabagisme et la dépression vont souvent de pair, et tous deux sont considérés comme des facteurs de risque de crise cardiaque. Cette étude a examiné si les patients déprimés qui arrêtent de fumer après une crise cardiaque ont une amélioration de leur santé mentale par rapport à ceux qui continuent de fumer.

Cette étude a porté sur 1 822 patients souffrant d’un syndrome coronarien aigu et appartenant à la cohorte suisse SPUM-ACS. Le syndrome coronarien aigu comprenait à la fois les crises cardiaques et les angines instables.

La dépression a été évaluée à l’aide de l’échelle de dépression du Center for Epidemiologic Studies (CES-D) et l’utilisation de médicaments antidépresseurs. Les participants ont été classés comme « déprimés » ou « non déprimés » au départ et à un an. Au départ, 411 (22,6 %) patients étaient déprimés et 1 411 (77,4 %) n’étaient pas déprimés. Après un an, 461 (25,3 %) patients étaient déprimés et 1361 (74,7 %) n’étaient pas déprimés.

Les chercheurs ont analysé les associations entre le tabagisme et la dépression après l’ajustement en fonction de l’âge, du sexe, de l’indice de masse corporelle, de l’éducation, de l’état civil, de l’activité physique, de la consommation d’alcool, du diabète, des antécédents de maladie cardiovasculaire, de la participation à des séances de réadaptation cardiaque et de la prise de statines à forte dose à la sortie de l’hôpital.

L’analyse a été menée sur les 411 fumeurs qui étaient déprimés au moment de l’hospitalisation. Les chercheurs ont examiné si ceux qui ont arrêté de fumer l’année suivante étaient plus susceptibles d’améliorer leurs symptômes dépressifs que ceux qui ont continué à fumer.

Moins de symptômes dépressifs

Par rapport aux fumeurs qui ont continué à fumer dans l’année qui a suivi l’accident cardiaque, ceux qui ont arrêté de fumer étaient plus susceptibles de voir leurs symptômes dépressifs s’améliorer et d’être classés comme « non dépressifs » (rapport de cotes ajusté 2,10 ; IC à 95 % 1,07-4,09).

L’auteure de cette étude, Mme Kristina Krasieva, étudiante en médecine à l’Université de Lausanne, en Suisse, a déclaré : « des recherches antérieures ont montré que l’arrêt du tabac est associé à des bénéfices pour la santé mentale et notre étude étend ce schéma aux survivants d’une crise cardiaque. Nous espérons que ces résultats encourageront les fumeurs qui ont subi une crise cardiaque à abandonner cette habitude. »

Source : ESC
Crédit photo : iStock

L'arrêt du tabac après une crise cardiaque lié à une meilleure humeurmartinBiologie
Les fumeurs souffrant de dépression au moment d'une crise cardiaque qui arrêtent de fumer ont plus de chances d'améliorer leur humeur que ceux qui poursuivent cette habitude. C'est ce qui ressort d'une étude présentée au congrès de l'ESC 2021.1,2. Le tabagisme et l'humeur Le tabagisme et la dépression vont souvent de...