un-pesticide-commun-contribue-à-la-crise-mondiale-obésité

Un pesticide couramment utilisé pourrait être en partie responsable de l’épidémie mondiale d’obésité, selon une étude dirigée par des scientifiques de l’Université McMaster.

Le chlorpyrifos et l’obésité

Les chercheurs ont découvert que le chlorpyrifos, dont l’utilisation est interdite sur les aliments au Canada mais qui est largement pulvérisé sur les fruits et légumes dans de nombreuses autres parties du monde, ralentit la combustion des calories dans le tissu adipeux brun des souris. La réduction de cette combustion des calories, un processus connu sous le nom de thermogenèse induite par l’alimentation, amène le corps à stocker ces calories supplémentaires, favorisant ainsi l’obésité.

Les scientifiques ont fait cette découverte après avoir étudié 34 pesticides et herbicides couramment utilisés dans les cellules adipeuses brunes et testé les effets du chlorpyrifos chez des souris soumises à un régime alimentaire riche en calories. Leurs conclusions pourraient avoir des implications importantes pour la santé publique.

« La graisse brune est le fourneau métabolique de notre corps, elle brûle les calories, contrairement à la graisse normale qui sert à les stocker. Cela génère de la chaleur et empêche les calories de se déposer sur notre corps sous forme de graisse blanche normale. Nous savons que la graisse brune est activée par le froid et lorsque nous mangeons », a déclaré l’auteur principal Gregory Steinberg, professeur de médecine.

« Les changements de mode de vie concernant l’alimentation et l’exercice physique conduisent rarement à une perte de poids durable. Nous pensons qu’une partie du problème peut être ce ralentissement du fourneau métabolique par le chlorpyrifos. »

Une prise de 2,3 kilos par an

Selon Steinberg, il suffirait que le chlorpyrifos inhibe l’utilisation de l’énergie dans la graisse brune de 40 calories par jour pour déclencher l’obésité chez les adultes, ce qui se traduirait par une prise de poids supplémentaire de 2,3 kilos par an.

Il a ajouté que si plusieurs toxines environnementales, dont le chlorpyrifos, ont été liées à l’augmentation des taux d’obésité chez les humains et les animaux, la plupart de ces études ont attribué la prise de poids à l’augmentation de la consommation alimentaire et non à la combustion de calories.

Bien que l’utilisation du chlorpyrifos sur les aliments soit interdite au Canada, les produits importés peuvent encore être traités avec ce produit.

« Même si ces résultats doivent encore être confirmés chez l’homme, il est important, dans la mesure du possible, de consommer des fruits et légumes provenant de sources canadiennes locales et, si vous consommez des produits importés, de vous assurer qu’ils sont bien lavés « , a déclaré M. Steinberg.

Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.

Source : McMaster University
Crédit photo : iStock

Un pesticide commun contribue à la crise mondiale de l'obésitémartinBiologie
Un pesticide couramment utilisé pourrait être en partie responsable de l'épidémie mondiale d'obésité, selon une étude dirigée par des scientifiques de l'Université McMaster. Le chlorpyrifos et l'obésité Les chercheurs ont découvert que le chlorpyrifos, dont l'utilisation est interdite sur les aliments au Canada mais qui est largement pulvérisé sur les fruits...