un-médicament-peu-coûteux-traite-les-patients-atteints-ducovid-19-grave

Le métoprolol, un médicament largement utilisé pour traiter les maladies cardiovasculaires, est bénéfique lorsqu’il est administré à des patients atteints de la maladie COVID-19. C’est ce qui ressort d’une étude menée par des chercheurs du Centro Nacional de Investigaciones Cardiovasculares (CNIC).

Traiter l’insuffisance respiratoire sévère

La forme la plus grave du COVID-19 est l’insuffisance respiratoire sévère, qui nécessite une intubation et est associée à un taux de mortalité élevé. L’infection pulmonaire par le SRAS-CoV2 peut évoluer vers un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), dans lequel l’inflammation et l’hyperactivation des neutrophiles jouent un rôle central. Il y a actuellement un manque de thérapies pour le SDRA associé au COVID-19.

Cette étude a été dirigée par le Dr Borja Ibáñez, chef de groupe du Laboratoire translationnel d’imagerie et de thérapie cardiovasculaire du CNIC, cardiologue à l’Hospital Universitario Fundación Jiménez Díaz (FJD) de Madird, et membre du réseau de recherche cardiovasculaire CIBERCV.

L’équipe de recherche a récemment découvert que le métoprolol, un bêtabloquant bien connu, a un effet hautement sélectif sur les neutrophiles hyperactivés dans des situations de stress aigu comme un infarctus du myocarde. Étant donné le rôle central joué par les neutrophiles dans le SDRA, l’équipe a postulé que le métoprolol pourrait être un traitement efficace pour les patients atteints de COVID-19 grave.

MADRID-COVID est un essai clinique randomisé mené en étroite collaboration entre le CNIC et les services de cardiologie, de soins intensifs, de pneumologie et la biobanque de l’hôpital FJD. Cet essai pilote a examiné l’effet de l’administration de métoprolol par voie intraveineuse sur l’inflammation pulmonaire et la fonction respiratoire chez des patients atteints du COVID-19 grave intubés après avoir développé un SDRA.

Une étude randomisée

En décrivant cette étude, le Dr Ibáñez a expliqué que l’équipe « a randomisé 20 patients intubés atteints du COVID-19 pour qu’ils reçoivent du métoprolol par voie intraveineuse (15 mg par jour pendant 3 jours) ou dans un groupe témoin qui n’a pas reçu de métoprolol. Nous avons analysé l’infiltrat inflammatoire dans le liquide broncho-alvéolaire avant et après le traitement et avons également surveillé les paramètres de progression clinique tels que l’oxygénation et les jours de ventilation mécanique. »

Le coauteur Eduardo Oliver, a affirmé que le traitement par métroprolol intraveineux « a réduit de manière significative l’infiltration des neutrophiles dans les poumons et a amélioré l’oxygénation. » Le spécialiste des soins intensifs Arnoldo Santos, qui a coordonné la partie de cette étude consacrée aux soins intensifs, a indiqué que l’équipe a constaté « une tendance claire chez les patients traités au métroprolol à nécessiter moins de jours de ventilation mécanique et donc un séjour plus court dans l’unité de soins intensifs. »

Le Dr Ibáñez a ajouté que « bien qu’il faille être prudent avec les résultats d’un essai pilote, nous avons observé que le traitement au métoprolol dans ce contexte clinique est sûr, qu’il est associé à une réduction très significative de l’infiltration pulmonaire et qu’il semble entraîner des améliorations très rapides de l’oxygénation des patients. »

Un traitement peu coûteux

Les chercheurs proposent donc le métoprolol intraveineux comme une « intervention prometteuse qui pourrait améliorer le pronostic des patients atteints du COVID-19 gravement malades. » Ils soulignent également que le métoprolol est un médicament sûr et bon marché (coût du traitement quotidien inférieur à 2 euros) qui est facilement disponible.

Cette recherche a été publiée dans le Journal of the American College of Cardiology.

Source : CNIC
Crédit photo : iStock

Un médicament peu coûteux traite les patient atteints du COVID-19 gravemartinBiologie
Le métoprolol, un médicament largement utilisé pour traiter les maladies cardiovasculaires, est bénéfique lorsqu'il est administré à des patients atteints de la maladie COVID-19. C'est ce qui ressort d'une étude menée par des chercheurs du Centro Nacional de Investigaciones Cardiovasculares (CNIC). Traiter l'insuffisance respiratoire sévère La forme la plus grave du...