une-capsule-remplace-les-injections-pour-les-médicaments-protéiques

Une équipe d’ingénieurs du MIT, en collaboration avec des scientifiques du Brigham and Women’s Hospital et de Novo Nordisk, travaille sur une technologie d’administration qui pourrait permettre aux patients de bénéficier beaucoup plus facilement des anticorps monoclonaux et autres médicaments qui doivent habituellement être injectés.

Une nouvelle façon d’injecter des médicaments

Ils envisagent que les patients puissent simplement avaler une capsule qui transporte un médicament et l’injecte ensuite directement dans la paroi de l’estomac. Dans une étude, les chercheurs ont démontré que leurs capsules pouvaient être utilisées pour administrer non seulement des anticorps monoclonaux, mais aussi d’autres médicaments à base de grosses protéines, comme l’insuline, chez des porcs.

M. Traverso et Ulrik Rahbek, vice-président de Novo Nordisk, sont les auteurs principaux de l’article. L’ancien étudiant diplômé du MIT, Alex Abramson, et les scientifiques de Novo Nordisk, Morten Revsgaard Frederiksen et Andreas Vegge, sont les auteurs principaux.

Cibler l’estomac

Cette pilule, de la taille d’une myrtille, possède un dôme haut et abrupt inspiré de la tortue léopard. Tout comme cette tortue est capable de se redresser si elle roule sur le dos, cette capsule est capable de s’orienter de manière à ce que son aiguille puisse être injectée dans la paroi de l’estomac. Dans la version originale, l’extrémité de l’aiguille était constituée d’insuline comprimée, qui se dissolvait dans le tissu après avoir été injectée dans la paroi de l’estomac.

Cette nouvelle pilule conserve la même forme, ce qui permet à cette capsule de s’orienter correctement une fois arrivée dans l’estomac. Toutefois, les chercheurs ont redessiné l’intérieur de cette capsule afin qu’elle puisse être utilisée pour administrer des médicaments liquides, en plus grande quantité – jusqu’à 4 milligrammes.

Cette nouvelle capsule est remplie de liquide et contient également une aiguille d’injection et un piston qui aide à pousser le liquide hors de la capsule. L’aiguille et le piston sont maintenus en place par une pastille de sucre solide.

Lorsque cette capsule pénètre dans l’estomac, l’environnement humide provoque la dissolution de la pastille, ce qui pousse l’aiguille dans la paroi de l’estomac, tandis que le piston pousse le liquide à travers l’aiguille. Lorsque la capsule est vide, un deuxième piston tire l’aiguille vers l’intérieur de la capsule afin qu’elle puisse être excrétée en toute sécurité par le tube digestif.

De très bons résultats

Lors de tests effectués sur des porcs, les chercheurs ont montré qu’elles pouvaient administrer un anticorps monoclonal appelé adalimumab (Humira) à des niveaux similaires à ceux obtenus par une injection. Ce médicament est utilisé pour traiter des troubles auto-immuns tels que les maladies inflammatoires de l’intestin et la polyarthrite rhumatoïde. Ils ont également injecté un type de médicament protéique connu sous le nom d’agoniste du récepteur GLP-1, qui est utilisé pour traiter le diabète de type 2.

« L’administration d’anticorps monoclonaux par voie orale est l’un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés dans le domaine de la science de l’administration des médicaments », explique Giovanni Traverso. « Du point de vue de l’ingénierie, la capacité à délivrer des anticorps monoclonaux à des niveaux significatifs transforme vraiment la façon dont nous commençons à penser à la gestion de ces maladies. »

En outre, les chercheurs ont administré des capsules aux animaux pendant plusieurs jours et ont constaté que les médicaments étaient délivrés de manière cohérente à chaque fois. Ils n’ont également constaté aucun signe de dommage à la paroi de l’estomac après les injections, qui pénètrent d’environ 4,5 millimètres dans le tissu.

Vous pouvez voir comment fonctionne cette capsule dans cette vidéo

Cette recherche a été publiée dans Nature Biotechnology,.

Source : MIT
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Une capsule remplace les injections pour les médicaments protéiquesmartinTechnologie
Une équipe d'ingénieurs du MIT, en collaboration avec des scientifiques du Brigham and Women's Hospital et de Novo Nordisk, travaille sur une technologie d'administration qui pourrait permettre aux patients de bénéficier beaucoup plus facilement des anticorps monoclonaux et autres médicaments qui doivent habituellement être injectés. Une nouvelle façon d'injecter des...