combattre-le-cancer-du-cerveau-à-sa-racine

Des chercheurs de l’Université McGill identifient les protéines qui dirigent les cellules souches cancéreuses. Le ciblage et la suppression d’une protéine particulière, la galectine1, pourraient permettre un traitement plus efficace du glioblastome, en combinaison avec la radiothérapie.

En raison de sa résistance à la thérapie, le glioblastome est la tumeur cérébrale cancéreuse la plus courante et la plus agressive chez l’adulte. Il se développe rapidement et se propage vite. Si les traitements tels que la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie peuvent contribuer à atténuer les symptômes pendant quelques mois, dans la plupart des cas, les cellules tumorales repoussent après le traitement et le cancer récidive. Selon les chercheurs, peu importe à quel point les mauvaises herbes sont coupées, si les racines ne sont pas arrachées, elles repoussent.

Aller à la racine du problème

Selon les chercheurs, parmi toutes les cellules cancéreuses, certaines agissent comme des cellules souches qui se reproduisent et entretiennent le cancer, tout comme les cellules souches normales renouvellent et entretiennent nos organes et nos tissus. En ciblant le mode de fonctionnement de ces cellules, ils ont découvert une nouvelle façon de perturber la production de nouvelles tumeurs.

« Ce que nous avons découvert nous a vraiment étonnés. Après avoir inhibé la protéine galectine1, les tumeurs cérébrales ne se sont tout simplement pas développées pendant plusieurs mois », explique Arezu Jahani-Asl, professeur agrégé de médecine à l’Université McGill. « Pour améliorer la réponse des patients au traitement, nous devons exploiter ces vulnérabilités nouvellement identifiées dans les cellules souches cancéreuses. »

Les chercheurs ont découvert qu’une protéine appelée galectine1 interagit avec une autre protéine appelée HOXA5 pour contrôler les programmes génétiques qui dirigent le comportement des cellules souches cancéreuses. En supprimant la galectine1 dans des modèles précliniques, ils ont constaté une amélioration significative de la réponse des tumeurs à la radiothérapie, ce qui a permis d’allonger la durée de vie.

Les chercheurs ont également analysé des bases de données de patients et ont constaté que les patients atteints de glioblastome ayant une faible expression des protéines galectine1 et HOXA5 avaient le meilleur pronostic. Ensemble, ces protéines ainsi qu’une autre appelée STAT3 activent des mécanismes qui favorisent un type de glioblastome particulièrement agressif.

Ouvrir la voie à de nouvelles thérapies

Cette découverte met en lumière les mécanismes qui régulent les cellules souches cancéreuses. Ces résultats prouvent que le ciblage de la protéine galectine1, en combinaison avec la radiothérapie, peut ouvrir la voie à de futurs essais cliniques pour traiter les tumeurs du glioblastome. La prochaine étape consistera à comparer l’efficacité de différentes approches visant à supprimer le complexe galectine1 et HOXA5 dans le cerveau, avec les progrès de la thérapie génique par la technologie CRISPR.

Cette recherche a été publiée dans Cell Reports.

Source : McGill University
Crédit photo : StockPhotoSecrets

Combattre le cancer du cerveau à sa racinemartinbiothechnologie
Des chercheurs de l'Université McGill identifient les protéines qui dirigent les cellules souches cancéreuses. Le ciblage et la suppression d'une protéine particulière, la galectine1, pourraient permettre un traitement plus efficace du glioblastome, en combinaison avec la radiothérapie. En raison de sa résistance à la thérapie, le glioblastome est la tumeur...