les-cacatoès-sauvages-fabriquent-des-ustensiles-pour-manger

Certains cacatoès sauvages taillent des branches d’arbres pour en faire des ustensiles qu’ils utilisent pour ouvrir et creuser les noyaux chargés de graines des fruits tropicaux. Selon Mark O’Hara et Berenika Mioduszewska de l’Université de médecine vétérinaire de Vienne, il s’agit du premier cas connu d’animaux sauvages non primates fabriquant et utilisant des outils.

Des outils utilisés par des cacatoès 

O’Hara, Mioduszewska et leurs collègues étudient régulièrement les cacatoès de Goffin (Cacatua goffiniana) sauvages en Indonésie. Ils capturent occasionnellement ces petits perroquets blancs et les gardent dans une volière extérieure pour observer leur comportement avant de les relâcher.

Dans les îles indonésiennes, les cacatoès de Goffin sont la seule espèce connue à manger des mangues de mer, un petit fruit tropical toxique pour l’homme. Les chercheurs ont offert ce fruit à noyau dur aux 15 cacatoès de leur volière. Immédiatement, deux des mâles les plus grands et apparemment les plus âgés ont attrapé une mangue de mer et se sont envolés vers un arbre pour arracher le bois des branches avec leurs becs. Ils ont également coupé des branches entières et creusé dans la souche restante pour en extraire le bois pulpeux.

À l’aide de leur langue et de leur bec, les perroquets ont transformé ces éclats de bois en outils utilisables de trois tailles et épaisseurs différentes, explique O’Hara. Puis, à l’aide de leurs becs, ils ont habilement enfoncé leurs couverts dans le noyau du fruit. « Après leur avoir donné ce fruit, j’ai regardé en arrière et j’ai été époustouflé de voir un [oiseau] utiliser des outils sur ce fruit », raconte O’Hara.

Des outils tranchants comme des couteaux

Les chercheurs ont collecté les outils jetés par les oiseaux et en ont créé des modèles 3D pour mieux comprendre comment ils étaient fabriqués et à quoi ils servaient. Les outils les plus fins étaient tranchants comme des couteaux et permettaient aux oiseaux de percer le revêtement parcheminé du noyau, explique O’Hara.

Les outils de taille moyenne fonctionnaient comme des cuillères, permettant aux oiseaux de creuser dans le noyau et d’en extraire les graines nutritives. Parfois, les cacatoès utilisaient également l’outil le plus épais comme un coin, séparant le noyau au niveau de sa fissure naturelle, ce qui leur permettait d’enfoncer plus facilement leurs couteaux et leurs cuillères à l’intérieur. « Ils connaissaient vraiment ces fruits et savaient comment les utiliser », dit O’Hara.

Les 13 autres oiseaux de cette volière ont grignoté ces fruits – mais pas les graines – sans utiliser d’outils. Cela signifie que l’utilisation d’outils n’est pas innée chez ces oiseaux, mais que ces outils sont propres à quelques individus créatifs et innovants, dit-il.

Les perroquets utilisent également des outils

Juste à l’extérieur de cette volière, l’équipe d’O’Hara a filmé un oiseau en train de pousser un morceau de bois contre une mangue de mer. Mais au plus profond de la forêt tropicale, les chercheurs ont trouvé la preuve la plus évidente de l’utilisation d’outils par les perroquets dans la nature : une mangue de mer à moitié dévorée sur le sol de la jungle, avec un fragment de bois taillé encore enfoncé dans son noyau.

Cette recherche a été publiée dans Current Biology.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Les cacatoès sauvages fabriquent des ustensiles pour mangermartinBiologie
Certains cacatoès sauvages taillent des branches d'arbres pour en faire des ustensiles qu'ils utilisent pour ouvrir et creuser les noyaux chargés de graines des fruits tropicaux. Selon Mark O'Hara et Berenika Mioduszewska de l'Université de médecine vétérinaire de Vienne, il s'agit du premier cas connu d'animaux sauvages non primates...