les-zèbres-aident-à-donner-vie-au-désert-du-Namib

Rouler sur le sol semble être essentiel à la vie – du moins dans le désert africain du Namib, où les zèbres se baignent dans la poussière, créant ainsi des fosses dans le paysage qui favorisent la biodiversité.

Les zèbres favorisent la biodiversité

Le désert du Namib est une vaste étendue de dunes et de montagnes le long des côtes de l’Angola, de la Namibie et de l’Afrique du Sud. C’est le plus vieux désert du monde et l’un des plus secs.

Malgré cette aridité extrême, de nombreux animaux et plantes se sont adaptés pour survivre, notamment le zèbre de montagne de Hartmann (Equus zebra hartmannae). Les troupeaux vivent sur le bord montagneux du désert, migrant au gré des pluies.

Les zèbres se roulent souvent dans le sol poussiéreux pour se toiletter et se débarrasser des parasites. Dans le cadre de ce processus, ils déplacent de grosses pierres avec leurs sabots et déplacent le sol, créant ainsi des endroits confortables où ils se reposent et laissent des excréments.

Ces fosses peuvent atteindre jusqu’à 30 centimètres de profondeur et peuvent durer des années. Thomas Wagner, de l’université technique de Munich, en Allemagne, s’est demandé si cet aménagement paysager accidentel présentait des avantages écologiques.

Une étude sur plus de 650 fosses

Au cours de cinq saisons des pluies consécutives, Thomas Wagner et son équipe ont calculé la couverture végétale à partir d’images prises par un drone dans plus de 650 fosses, en suivant le verdissement et le flétrissement du paysage après les pluies. Ils ont échantillonné la composition du sol et des plantes dans 16 de ces fosses, en utilisant les prairies environnantes comme témoins.

Les chercheurs ont constaté que ces fosses étaient principalement composées de sol plus fin et de sable, plutôt que de gravier. Cela permet à l’eau de pluie de s’infiltrer dans le sol environ deux fois plus profondément que dans les prairies voisines, s’accumulant comme un étang et maintenant le sol humide plus longtemps.

Les niveaux d’azote et de phosphates étaient également plus élevés, probablement à cause des excréments. Ces fosses étaient plus vertes pendant plus  longtemps, et étaient dominées par des plantes à fleurs à la place des herbes vivaces. Les arthropodes phytophages, tels que les sauterelles à cornes courtes et les papillons, étaient également plus nombreux.

Ils sont importants pour les écosystèmes

Les agriculteurs locaux considèrent souvent les zèbres comme un problème, explique Kenneth Uiseb, membre de l’équipe du ministère namibien de l’environnement, des forêts et du tourisme. « Ce projet souligne l’importance des zèbres dans l’ingénierie des écosystèmes, et les avantages potentiels qu’ils apportent au paysage. »

Cette recherche a été publiée dans Ecology and Evolution.

Source : New Scientist
Crédit photo : iStock