obésité-serait-causée-par-le-dérèglement-de-horloge-biologique

Lorsque des rats sont nourris avec un régime riche en graisses, cela perturbe l’horloge biologique dans leur cerveau qui contrôle normalement la satiété, ce qui entraîne une suralimentation et l’obésité.

Le complexe vagal dorsal

Historiquement, on pensait que l’horloge biologique maîtresse était uniquement située dans une partie du cerveau appelée hypothalamus. Cependant, des recherches plus poussées au fil des ans ont permis de préciser qu’une partie du contrôle des rythmes quotidiens de notre corps (niveaux d’hormones, appétit, etc.) se trouve dans plusieurs autres parties du cerveau et du corps, y compris un groupe de neurones dans le tronc cérébral, ancien dans l’évolution, appelé le complexe vagal dorsal (CVD).

Ainsi, les chercheurs proposent que la perturbation du chronométrage du CDV mène à l’obésité, plutôt que d’être le résultat d’un poids corporel excessif. Les recherches ont été menées sur deux groupes de rats : ceux nourris avec un régime de contrôle équilibré (10% de kcal provenant de la graisse) et un régime riche en graisses (70% de kcal provenant de la graisse).

Pour imiter l’impact d’un régime alimentaire malsain sur l’homme, les chercheurs ont introduit ce nouveau régime chez des rats adolescents (âgés de 4 semaines) et ont surveillé leur consommation alimentaire sur 24 heures pendant quatre semaines consécutives.

Une étude sur la perturbation du complexe vagal dorsal

Des enregistrements électrophysiologiques ont été réalisés pour mesurer l’évolution de l’activité neuronale de la CVD sur 24 heures. L’utilisation de matrices multi-électrodes a permis de surveiller simultanément une centaine de neurones CVD dans chaque tranche de tronc cérébral. Cela a permis aux chercheurs d’évaluer les changements circadiens de l’activité neuronale ainsi que les réponses neuronales aux hormones métaboliquement pertinentes dans chacun de ces groupes de régime.

Bien que les troncs cérébraux de l’homme et de la souris présentent des caractéristiques communes, la principale limite de cette étude pour son application immédiate à l’homme est qu’elle a été réalisée sur des animaux nocturnes (rats). Le pic d’activité du CVD a été observé en fin de journée, ce qui correspond à la phase de repos chez les rongeurs, mais à une phase active chez l’homme. Il reste donc à établir si la phase de l’horloge du tronc cérébral est réglée sur le jour et la nuit, ou si elle dépend des phases de repos et d’activité.

Cette étude ouvre de nouvelles perspectives de recherche pour tenter d’établir la stratégie permettant de rétablir la fonction de l’horloge biologique du CVD, et donc de contribuer à la lutte contre l’obésité. Le Dr Lukasz Chrobok, premier auteur de cette étude, a déclaré :

Restaurer les rythmes quotidiens

« Je suis vraiment enthousiasmé par cette recherche en raison des possibilités qu’elle ouvre pour s’attaquer au problème de santé croissant qu’est l’obésité. Nous ne savons toujours pas quels sont les repères temporels capables de remettre à zéro ou de synchroniser l’horloge du tronc cérébral. Avec un peu de chance, la restauration des rythmes quotidiens dans ce centre de la satiété avant ou après l’apparition de l’obésité pourrait offrir de nouvelles possibilités thérapeutiques. »

Cette recherche a été publiée dans The Journal of Physiology.

Source : The Physiological Society
Crédit photo : StockPhotoSecrets 

L'obésité serait causée par le dérèglement de l'horloge biologiquemartinBiologie
Lorsque des rats sont nourris avec un régime riche en graisses, cela perturbe l'horloge biologique dans leur cerveau qui contrôle normalement la satiété, ce qui entraîne une suralimentation et l'obésité. Le complexe vagal dorsal Historiquement, on pensait que l'horloge biologique maîtresse était uniquement située dans une partie du cerveau appelée hypothalamus....