Réduisez-votre-empreinte-carbone-grâce-aux-protéines-insectes

Alors que le monde se dirige vers une catastrophe climatique si rien de concret n’est fait rapidement. Il existe un moyen simple d’intervenir; en mangeant des protéines d’insectes. C’est du moins ce que croient des scientifiques.

Les protéines d’insectes

En effet, des chercheurs de l’Université d’Helsinki et de l’Université LUT ont analysé dans quelle mesure les protéines d’insectes pourraient contribuer à réduire le réchauffement climatique lié à la consommation alimentaire en Europe. Ils se sont particulièrement intéressés à l’utilisation des protéines d’insectes et à celle des protéines de soja dans la production de poulets de chair.

Les résultats confirment des recherches antérieures suggérant que les protéines d’insectes ont le plus grand potentiel pour réduire l’empreinte carbone liée à l’alimentation des consommateurs européens, si les insectes comestibles – tels que les grillons, les mouches et les vers – sont consommés directement ou transformés en aliments. Les méthodes de préparation comprennent leur consommation à l’état frais, ou leur séchage et leur transformation en farine destinée à être utilisée dans le pain ou les pâtes.

« Nos résultats suggèrent effectivement qu’il est plus durable d’utiliser les protéines d’insectes pour l’alimentation que de les utiliser pour remplacer la farine de soja dans les aliments pour animaux.

Cependant, nous avons constaté que l’utilisation de produits secondaires de faible valeur de l’industrie alimentaire – tels que les déchets de la restauration ou les sous-produits, par exemple, de la transformation du poisson – dans la production d’insectes pour l’alimentation des poulets est essentielle pour augmenter de manière décisive les avantages en matière d’empreinte carbone de l’utilisation des protéines d’insectes par rapport aux protéines de farine de soja », explique le professeur Bodo Steiner de la Faculté d’agriculture et de sylviculture de l’Université d’Helsinki.

Les inquiétudes liées au changement climatique

Tout ceci est important et arrive à point nommé, car dans le cadre du débat actuel sur le changement climatique, des inquiétudes ont été soulevées quant à la déforestation croissante associée à l’expansion rapide de la culture du soja dans le monde, qui est une source majeure de protéines pour l’alimentation du bétail élevé pour servir de nourriture aux humains.

Cette recherche a été publiée dans le Journal of Cleaner Production.

Source : University of Helsinki
Crédit photo : iStock