traiter-infertilité-avec-des-microsphères-délivrant-des-médicaments

Pour qu’un embryon survive, il doit se fixer à la paroi de l’utérus dans les jours qui suivent la conception. Cependant, si cette muqueuse, appelée endomètre, est trop fine, l’embryon ne peut pas se fixer.

Un système pour traiter l’infertilité

Maintenant, des chercheurs ont mis au point un nouveau système destiné à traiter l’infertilité chez les femmes dont l’endomètre est mince. Leurs minuscules particules à l’échelle microscopique ont stimulé la croissance des vaisseaux sanguins, produisant des résultats prometteurs lors d’expériences préliminaires sur des cellules et des souris.

Pour formuler leurs minuscules particules, les chercheurs se sont tournés vers l’acide hyaluronique, une substance connue pour contribuer à la croissance de l’endomètre. À l’aide d’une méthode appelée électropulvérisation, ils ont généré des gouttelettes contenant de l’acide hyaluronique qui étaient toutes de taille très similaire, soit environ 400 µm de diamètre.

Ils ont ensuite rassemblé ces gouttelettes et les ont collées ensemble par un traitement à la lumière ultraviolette. En manipulant la composition des sphères, les chercheurs ont découvert qu’ils pouvaient modifier leur capacité à absorber et à libérer des médicaments. Ils ont ensuite chargé ces particules d’un second ingrédient actif : un composé favorisant la formation de vaisseaux sanguins, le facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF).

De très bons résultats

Lors d’expériences menées sur des souris femelles dont l’endomètre était mince, ils ont constaté que les microsphères contenant uniquement de l’acide hyaluronique provoquaient un certain épaississement du tissu par rapport au témoin, mais que les sphères contenant le VEGF étaient les plus épaisses.

Bien que prometteur, ce système nécessite des tests de sécurité supplémentaires, notent les chercheurs. Ils ajoutent que les limites de la capacité de libération du médicament par les sphères pourraient rendre nécessaire l’administration de plusieurs traitements aux femmes atteintes de fertilité.

Cette recherche a été publiée dans ACS Biomaterials Science & Engineering.

Source : ACS
Crédit photo : StockPhotoSecrets