une-nurserie-éléphanteaux-préhistoriques-était-une-proie-pour-les-Néandertaliens

Il y a plus de 100 000 ans, des éléphants élevaient leurs nouveau-nés parmi les dunes de l’ancienne côte espagnole. Des empreintes fossiles suggèrent qu’au moins 14 éléphanteaux, appartenant à l’espèce disparue d’éléphant à défenses droites (Palaeoloxodon antiquus), faisaient partie d’une nurserie préhistorique – et qu’ils ont été chassés par les Néandertaliens.

Une nurserie préhistorique

Carlos Neto de Carvalho, du géoparc mondial de l’UNESCO de Naturtejo, au Portugal, et ses collègues ont identifié ces traces sur une large surface fossile appelée surface de piétinement de Matalascañas (MTS), à Huelva, en Espagne, qui contient les traces de pas d’antilopes, d’oiseaux, de loups et même de Néandertaliens.

Les chercheurs ont identifié 34 séries d’empreintes attribuées aux éléphants à défenses droites – l’espèce d’éléphant locale à l’époque où les traces ont été faites – il y a environ 100 000 ans, selon l’analyse géologique des roches.

La plupart de ces empreintes ont été laissées par des éléphanteaux qui pesaient entre 70 et 200 kilos. Les traces d’éléphants adultes sont plus rares sur le site MTS, mais, d’après la taille des traces, les chercheurs supposent qu’il y a là les empreintes de trois femelles adultes.

Selon M. de Carvalho, ces empreintes correspondent aux observations écologiques des éléphants modernes, où les jeunes restent près des femelles adultes et où les grands mâles adultes sont rarement présents. « Nous décrivons pour la première fois l’écologie de la nurserie et de la reproduction des éléphants dans les archives fossiles », ajoute-t-il.

Une nurserie confortable pour les éléphanteaux

À l’époque où les éléphants à défenses droites parcouraient les environs de ce qui est maintenant Huelva, le MTS était un étang qui servait de source d’eau entre les dunes de sable côtières. L’eau et la végétation environnante constituaient probablement une nurserie confortable pour les jeunes éléphanteaux.

Mais la plage isolée n’était pas exempte de prédateurs. Des empreintes de Néandertaliens ont été découvertes dans les mêmes couches des pistes et les chercheurs ont même trouvé des outils en pierre fabriqués par ces hommes préhistoriques.

Bien que les signes d’interactions entre les hommes et les pachydermes sur le site ne soient pas encore apparus, l’équipe suggère que les Néandertaliens ont été attirés sur ce terrain de chasse potentiel par l’abondance des éléphanteaux. « Un éléphant nouvellement né pouvait être une proie facile et un élément délicieux du menu des Néandertaliens », explique M. de Carvalho.

Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.

Source : New Scientist
Crédit photo : iStock