une-thérapie-potentielle-contre-le-cancer-de-la-prostate

Des chercheurs de l’Université de Montréal et de l’Université McGill ont découvert un nouveau complexe multi-enzyme qui reprogramme le métabolisme et permet de surmonter la  » sénescence cellulaire « , lorsque les cellules vieillissantes cessent de se diviser.

Un nouveau complexe multi-enzyme

Dans leur étude, les chercheurs montrent qu’un complexe enzymatique nommé HTC (complexe de transfert d’hydrure) peut empêcher les cellules de vieillir.

« Le complexe HTC protège les cellules de l’hypoxie, un manque d’oxygène qui entraîne normalement leur mort « , explique l’auteur principal, Gerardo Ferbeyre, professeur de biochimie à l’UdeM et chercheur principal au CRCHUM, le centre de recherche de l’hôpital universitaire affilié à l’université.

« Il est important de noter que l’HTC peut être détournée par certaines cellules cancéreuses pour améliorer leur métabolisme, résister à un environnement hypoxique et proliférer », a ajouté Ferbeyre, qui a fait cette découverte avec Sebastian Igelmann, étudiant au doctorat dans son laboratoire et premier auteur de cette étude.

L’HTC se compose de trois enzymes : la pyruvate carboxylase, la malate déshydrogénase 1 et l’enzyme malique 1. Elles étaient toutes fortement exprimées dans des échantillons provenant d’un modèle de souris atteint du cancer de la prostate, généré à l’Université de médecine vétérinaire de Vienne, en Autriche, et dans des échantillons de tissus de patients atteints du cancer de la prostate.

Des thérapies pour le cancer de la prostate

« Le plus intéressant est que l’inhibition de ces enzymes a stoppé la croissance des cellules cancéreuses de la prostate, ce qui suggère que l’HTC pourrait être une cible-clé pour développer de nouvelles thérapies pour une variété de cancers, y compris le cancer de la prostate », a déclaré Ferbeyre.

La plupart des cycles métaboliques clés ont été identifiés il y a plus de 50 ans, mais HTC est resté caché aux chercheurs. « Nous l’avons découvert en effectuant une analyse métabolomique de pointe, c’est-à-dire l’étude des processus chimiques du métabolisme cellulaire », a déclaré le co-auteur Ivan Topisirovic, chercheur et professeur de médecine à McGill.

Les scientifiques ont pu assembler ce complexe enzymatique à partir de protéines purifiées et obtenir des données biophysiques sur sa composition. Leur prochaine étape consistera à générer une structure détaillée à haute résolution du complexe enzymatique afin de concevoir des médicaments capables de moduler ses fonctions.

Cette recherche a été publiée dans Molecular Cell.

Source : Montreal University
Crédit photo : StockPhotoSecrets