des-médicaments-contre-le-diabète-préviendraient-le-glaucome

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs du Scheie Eye Institute de la Perelman School of Medicine de l’Université de Pennsylvanie, une classe populaire de médicaments contre le diabète appelés agonistes du GLP-1R pourrait également protéger les patients diabétiques contre le glaucome.

Une étude sur les agonistes du GLP-1R 

Les chercheurs ont examiné les données rétrospectives de 1 961 patients diabétiques qui étaient de nouveaux utilisateurs de cette classe de médicaments et les ont appariés à 4 371 sujets témoins non exposés. Après 150 jours en moyenne, 10 patients du groupe médicamenté ont reçu un nouveau diagnostic de glaucome (0,5 %), contre 58 patients (1,3 %) dans le groupe témoin. Ces résultats suggèrent que les agonistes des récepteurs du GLP-1 peuvent réduire de moitié le risque de glaucome chez les patients diabétiques.

Ces résultats sont corroborés par une étude de la Penn Medicine datant de 2020, selon laquelle les agonistes du GLP-1R réduisent la neuroinflammation et préviennent la mort des cellules ganglionnaires de la rétine chez la souris. Cette classe de médicaments a également montré des effets protecteurs similaires contre les maladies d’Alzheimer et de Parkinson dans des modèles animaux, et des essais cliniques sont en cours pour tester ces médicaments contre les maladies neurodégénératives chez l’homme.

Le glaucome touche 3 millions d’Américains et constitue la deuxième cause de cécité dans le monde. Les personnes atteintes de diabète sont deux fois plus susceptibles de développer cette affection oculaire.

Ces médicaments méritent d’être étudiés

« Il était très encourageant de constater qu’un médicament populaire contre le diabète pouvait réduire de manière significative le risque de développer un glaucome, et notre étude suggère que ces médicaments méritent d’être étudiés plus avant dans cette population de patients », déclare Qi N. Cui, avec Brian VanderBeek, tous deux des professeurs assistants d’ophtalmologie à Penn.

Cette recherche a été publiée dans le British Journal of Ophthalmology.

Source : University of Pennsylvania’s Perelman School of Medicine
Crédit photo : StockPhotoSecrets