les-adultes-ayant-subi-des-traumatismes-infentiles-ont-plus-souvent-des-troubles-neurologiques

Selon une étude les adultes atteints de troubles neurologiques sont plus susceptibles que la population en général d’avoir vécu des expériences durant l’enfance défavorables telles que des abus, de la négligence ou des dysfonctionnements domestiques. Cette étude ne prouve pas que les troubles neurologiques sont causés par de telles expériences. Elle montre seulement une association entre les deux.

Les expériences négatives

« Les événements traumatisants de l’enfance ont été liés dans des études antérieures à un risque plus élevé de maladie cardiaque, de diabète, de comportements de santé plus risqués comme le tabagisme et la consommation de drogues, et une diminution de l’espérance de vie », a déclaré l’auteur de cette étude Adys Mendizabal de l’Université de Californie à Los Angeles. et membre de l’Académie américaine de neurologie.

« Ils ont également été liés à de nombreuses autres maladies neurologiques. Notre étude a révélé que les personnes atteintes de troubles neurologiques comme les accidents vasculaires cérébraux et l’épilepsie étaient plus susceptibles d’avoir subi des abus, de la négligence ou des dysfonctionnements domestiques durant leur enfance par rapport à la population américaine. »

Une étude portant sur 198 personnes

Cette étude a porté sur 198 personnes qui étaient des patients d’une clinique de neurologie. Chaque personne a rempli un questionnaire sur les expériences négatives vécues dans l’enfance et a subi un dépistage de l’anxiété et de la dépression. Les chercheurs ont également examiné les dossiers médicaux pour déterminer la fréquence à laquelle les participants à l’étude se sont rendus dans un service d’urgence, ont été hospitalisés ou ont appelé leur médecin.

Les scores du questionnaire allaient de zéro à dix. Les scores de quatre ou plus étaient considérés comme élevés. Les chercheurs ont comparé la prévalence des scores élevés dans le groupe d’étude de personnes souffrant de troubles neurologiques à la prévalence estimée dans la population américaine. Ils ont constaté que, dans le groupe étudié, 24 % des personnes avaient des scores élevés, contre 13 % dans la population en général.

Des résultats révélateurs

Après un ajustement en fonction de l’âge, du sexe et de la race ou de l’origine ethnique, les chercheurs ont constaté que les participants à cette étude ayant obtenu des scores élevés au questionnaire utilisaient beaucoup plus souvent les services de santé. Ils étaient 21 fois plus susceptibles que les participants ayant obtenu un score faible d’avoir un recours élevé aux services d’urgence, avec quatre visites ou plus au cours de l’année écoulée.

Ils étaient cinq fois plus susceptibles d’être hospitalisés au moins trois fois ou plus au cours de l’année écoulée. Et ils étaient trois fois plus susceptibles d’appeler leur médecin 15; fois ou plus au cours de l’année écoulée. Mendizabal a déclaré que ces résultats suggèrent que les personnes ayant vécu un grand nombre d’expériences négatives dans leur enfance peuvent présenter davantage de symptômes neurologiques, des handicaps ou des besoins médicaux plus importants.

En plus de leur état neurologique, les participants ayant des scores élevés étaient six fois plus susceptibles de souffrir d’un autre problème médical et cinq fois plus susceptibles de souffrir également d’un problème psychiatrique. Ils étaient également sept fois plus susceptibles de présenter des scores élevés de dépression et quatre fois plus susceptibles de présenter des scores élevés d’anxiété.

Aider ces personnes

« La reconnaissance précoce de ces expériences négatives dans l’enfance chez les personnes atteintes de troubles neurologiques peut être un moyen d’améliorer leur santé », a déclaré Mendizabal. « Une orientation appropriée vers les ressources du travail social et de la santé comportementale peut fournir à ces personnes un soutien susceptible de réduire leur besoin de soins de santé et d’améliorer leur santé neurologique. »

Cette étude a été publiée dans Neurology Clinical Practice.

Source : American Academy of Neurology
Crédit photo : StockPhotoSecrets