reprogrammer-les-cellules-cardiaques-pour-les-rajeunir

De nouvelles recherches menées par la faculté de médecine de l’université Washington à Saint-Louis suggèrent que la radiothérapie peut reprogrammer les cellules du muscle cardiaque pour les ramener à ce qui semble être un état plus jeune, en corrigeant les problèmes électriques à l’origine d’une arythmie potentiellement mortelle, sans avoir recours à une procédure invasive utilisée depuis longtemps.

Rajeunir les cellules cardiaques

En théorie, la radiothérapie pourrait reproduire le tissu cicatriciel habituellement créé par l’ablation par cathéter, mais avec une procédure beaucoup plus courte et totalement non invasive, rendant ce traitement accessible à des patients plus gravement malades.

De manière surprenante, les médecins ont constaté que les patients ont vu leur arythmie s’améliorer considérablement quelques jours ou semaines après la radiothérapie, ce qui est bien plus rapide que les mois que peut prendre la formation d’un tissu cicatriciel après une radiothérapie, ce qui suggère qu’une dose unique de rayonnement réduit l’arythmie sans former de tissu cicatriciel.

Les données indiquent que la radiothérapie fonctionne aussi bien, sinon mieux, que l’ablation par cathéter pour certains patients atteints de tachycardie ventriculaire, mais d’une manière différente et inconnue.

La déclenche l’expression de différents gènes

Pour découvrir comment cela fonctionne, les scientifiques ont découvert que la radiothérapie déclenchait l’expression de différents gènes par les cellules du muscle cardiaque. Ils ont mesuré une augmentation de l’activité d’une voie de signalisation appelée Notch, qui est connue pour son rôle essentiel dans le développement précoce, notamment dans la formation du système de conduction électrique du cœur.

Notch est généralement désactivé dans les cellules musculaires cardiaques adultes. Mais les chercheurs ont constaté qu’une dose unique de rayonnement active temporairement la signalisation Notch, entraînant une augmentation à long terme des canaux ioniques sodiques dans le muscle cardiaque, un changement physiologique-clé qui peut réduire les arythmies.

« Les radiations causent un type de blessure, mais c’est différent de l’ablation par cathéter », a déclaré la co-auteure et radio-oncologue Julie K. Schwarz, professeur de radio-oncologie et directrice de la division Biologie du cancer du département de radio-oncologie.

Des effets bénéfiques de deux ans

Les chercheurs ont également constaté que les effets bénéfiques des radiations se poursuivaient pendant au moins deux ans chez les patients. Et surtout, ils ont pu démontrer chez la souris qu’une dose plus faible de rayonnement produisait le même effet.

Une dose de radiations plus faibles pourrait minimiser les effets secondaires à long terme et ouvrir la porte à ce type de traitement pour d’autres sortes d’arythmies cardiaques. Et si Notch a joué un rôle important dans ces effets, Schwarz précise que ce n’est pas la seule voie impliquée. Les chercheurs continuent d’étudier comment les radiations déclenchent le retour des cellules cardiaques à un état plus sain.

Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.

Source : Washington University School of Medicine
Crédit photo : StockPhotoSecrets