les-graisses-laitières-réduisent-le-risque-de-maladies-cardiaques

Une nouvelle étude menée parmi les plus grands consommateurs de produits laitiers du monde a montré que les personnes ayant une consommation élevée de matières grasses laitières présentaient un risque plus faible de maladie cardiovasculaire que les personnes ayant une faible consommation. Une consommation plus élevée de matières grasses laitières n’était pas associée à un risque accru de décès.

La consommation de matières grasses laitières

Les chercheurs ont ensuite combiné les résultats de cette étude menée auprès d’un peu plus de 4 000 adultes suédois avec ceux de 17 études similaires menées dans d’autres pays, créant ainsi les données les plus complètes à ce jour sur la relation entre cette mesure plus objective de la consommation de matières grasses laitières, le risque de maladie cardiovasculaire (MCV) et de décès.

Le Dr Matti Marklund, de l’Institut George pour la santé mondiale, de l’École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg et de l’Université d’Uppsala, a déclaré que la consommation de produits laitiers étant en hausse dans le monde entier, il était nécessaire de mieux comprendre son impact sur la santé.

« De nombreuses études reposent sur la capacité des personnes à se souvenir et à enregistrer les quantités et les types de produits laitiers qu’elles ont consommés, ce qui est particulièrement difficile étant donné que les produits laitiers sont couramment utilisés dans une variété d’aliments. Au lieu de cela, nous avons mesuré les taux sanguins de certains acides gras, ou « éléments constitutifs » des graisses que l’on trouve dans les produits laitiers, ce qui donne une mesure plus objective de la consommation de graisses laitières qui ne dépend pas de la mémoire ou de la qualité des bases de données alimentaires », a-t-il ajouté.

« Nous avons constaté que les personnes ayant les niveaux les plus élevés présentaient en fait le plus faible risque de maladies cardiovasculaires (MCV). Ces relations sont très intéressantes, mais nous avons besoin d’autres études pour mieux comprendre tout l’impact des matières grasses laitières et des aliments laitiers sur la santé. »

La consommation de lait et de produits laitiers en Suède est l’une des plus élevées au monde. Une collaboration internationale entre des chercheurs de Suède, des États-Unis et d’Australie a permis d’évaluer la consommation de graisses laitières chez 4150 Suédois âgés de 60 ans en mesurant les niveaux sanguins d’un acide gras particulier que l’on trouve principalement dans les produits laitiers et qui peut donc être utilisé pour refléter la consommation de graisses laitières.

Des effets bénéfiques des acides gras 

Ces personnes ont ensuite été suivies pendant 16 ans en moyenne pour déterminer combien d’entre elles ont eu des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et d’autres événements circulatoires graves, et combien sont décédées de toutes autres causes pendant cette période. Après un ajustement statistique des autres facteurs de risque de MCV connus, notamment l’âge, le revenu, le mode de vie, les habitudes alimentaires et d’autres maladies, le risque de MCV était le plus faible chez les personnes présentant des taux élevés d’acide gras (reflétant une consommation importante de graisses laitières). Les personnes présentant les niveaux les plus élevés ne présentaient pas de risque accru de décès, toute cause confondue.

Le Dr Marklund a ajouté que ces résultats mettent en évidence l’incertitude des preuves dans ce domaine, qui se reflète dans les directives diététiques. « Alors que certaines recommandations diététiques continuent de suggérer aux consommateurs de choisir des produits laitiers à faible teneur en matières grasses, d’autres se sont éloignées de ce conseil, suggérant plutôt que les produits laitiers peuvent faire partie d’un régime alimentaire sain en mettant l’accent sur la sélection de certains produits laitiers – par exemple, le yaourt plutôt que le beurre – ou en éliminant les produits laitiers sucrés qui sont chargés de sucre ajouté », a-t-il déclaré.

La combinaison de ces résultats avec 17 autres études portant sur un total de près de 43 000 personnes des États-Unis, du Danemark et du Royaume-Uni a confirmé ces résultats dans d’autres populations. « Bien que ces résultats puissent être partiellement influencés par des facteurs autres que les matières grasses laitières, notre étude ne suggère pas que les matières grasses laitières soient nocives en soi », a déclaré le Dr Marklund.

Choisir une bonne source de graisses laitières

L’auteur principal de cette étude, le Dr Kathy Trieu, a déclaré que la consommation de certains produits laitiers, en particulier les produits fermentés, avait déjà été associée à des effets bénéfiques pour le cœur. « De plus en plus de preuves suggèrent que l’impact des produits laitiers sur la santé dépend davantage du type d’aliments – comme le fromage, le yaourt, le lait et le beurre – que de sa teneur en graisses, ce qui a fait naître des doutes quant à l’intérêt de supprimer les graisses laitières en général pour la santé cardiovasculaire », a-t-elle déclaré.

« Notre étude suggère que réduire les graisses laitières ou de les supprimer complètement pourrait ne pas être le meilleur choix pour la santé cardiaque. Il est important de se rappeler que même si les produits laitiers peuvent être riches en graisses saturées, ils sont également riches en de nombreux autres nutriments et peuvent faire partie d’un régime alimentaire sain. Cependant, d’autres graisses, comme celles que l’on trouve dans les fruits de mer, les noix et les huiles végétales non tropicales, peuvent avoir des effets encore plus bénéfiques sur la santé que les graisses laitières », a ajouté le Dr Trieu.

Cette recherche a été publiée dans PLOS Medicine.

Source : The George Institute for Global Health
Crédit photo : iStock