les-directive-de-exposition-au-soleil-doivent-être-révisées

Une étude menée par des chercheurs du King’s College London, avec le soutien du NIHR Guy’s and St Thomas’ Biomedical Research Centre, a testé les longueurs d’onde optimales du rayonnement ultraviolet (UVR) pour la production de vitamine D par la peau humaine à la lumière du Soleil.

Les recommandations doivent être révisées

Les rayons UV de la lumière du Soleil peuvent provoquer des coups de soleil et des cancers de la peau, mais ils constituent la source la plus importante de vitamine D, qui est essentielle au développement et au maintien de la santé des os.

Les conseils de santé publique sur l’exposition au Soleil tiennent compte à la fois des risques et des avantages. Le calcul des risques et des avantages potentiels de l’exposition au Soleil n’est pas simple car les effets sur la santé de l’exposition aux rayons UV varient considérablement en fonction de la longueur d’onde du spectre UV du Soleil.

Par exemple, les rayons UV du Soleil contiennent moins de 5 % de rayons UVB de courte longueur d’onde, mais ils sont responsables de plus de 80 % des coups de soleil. Chaque résultat sanitaire de l’exposition solaire a sa propre dépendance à la longueur d’onde.

L’association entre des longueurs d’onde UVB spécifiques et la production de vitamine D a été déterminée il y a plus de trente ans dans des échantillons de peau (ex vivo). Toutefois, cette constatation est moins bien établie et des doutes ont été émis quant à son exactitude. Ces doutes compromettent les calculs risques/bénéfices d’une exposition solaire optimale.

Les taux de vitamine D dans le sang de 75 jeunes volontaires

Des chercheurs dirigés par le professeur Antony Young du King’s College de Londres ont mesuré les taux de vitamine D dans le sang de 75 jeunes volontaires en bonne santé, avant, pendant et après une exposition partielle ou totale du corps à cinq sources artificielles différentes de rayons UV, avec des quantités différentes de rayons UVB, afin d’évaluer le compromis entre les avantages de l’exposition solaire, qui comprennent la synthèse de la vitamine D, et les risques de coups de soleil et de cancer de la peau.

Ils ont ensuite comparé leurs résultats à ceux qui seraient prédits par l’ancienne étude ex vivo sur la vitamine D et ont constaté que l’étude précédente n’est pas un prédicteur précis des avantages de l’exposition aux rayons UV.

Les auteurs recommandent une correction systématique simple de la dépendance de la vitamine D à la longueur d’onde ex vivo. Cette nouvelle étude signifie que de nombreux calculs des risques et des avantages de l’exposition aux UV solaires doivent être revus avec une version révisée de la dépendance de la vitamine D à la longueur d’onde.

Déterminer les calculs des risques/bénéfices

Le professeur Antony Young a déclaré : « notre étude montre que les calculs des risques et des bénéfices de l’exposition solaire doivent être réévalués. Les résultats de cette étude arrivent à point nommé car le comité technique mondial, la Commission internationale de l’éclairage, qui fixe les normes en matière d’UVR, pourra discuter des conclusions de cet article afin de réévaluer la dépendance de la vitamine D à la longueur d’onde. Des recherches supplémentaires de notre groupe détermineront les calculs des risques/bénéfices. »

Cette recherche a été publiée dans PNAS.

Source : King’s College London
Crédit photo : Pexels