importance-de-la-santé-du-cœur-pour-prévenir-le-diabète

Selon une étude les adultes d’âge moyen en bonne santé cardiaque sont moins susceptibles de développer un diabète de type 2 au cours de leur vie. Cette étude a montré que l’importance d’une bonne santé cardiovasculaire était évidente, quelle que soit la probabilité génétique d’un individu de développer un diabète de type.

Une bonne santé cardiovasculaire

La santé cardiovasculaire favorable a été définie comme le fait d’avoir un poids corporel, une pression artérielle et un taux de cholestérol sains, de ne pas fumer, d’avoir une alimentation équilibrée et d’être physiquement actif. Cela est très important car on estime que 463 millions d’adultes souffrent de diabète et que 10 % des dépenses de la santé mondiales sont consacrées à cette maladie (760 milliards de dollars).

L’auteur de cette étude, le Dr Fariba Ahmadizar, du Centre médical universitaire Erasmus de Rotterdam, aux Pays-Bas, a déclaré : « bien que la génétique contribue à la probabilité de développer un diabète de type 2, mos résultats indiquent que le maintien d’habitudes de vie saines, et en particulier le fait d’avoir un poids corporel sain, peut contribuer à réduire le risque à vie de cette maladie. »

Une étude portant sur 5 993 personnes

Cette étude a porté sur 5 993 participants à l’étude de Rotterdam, basée sur la population qui ne souffraient pas de diabète de type 2 au départ. L’âge moyen était de 69 ans et 58 % étaient des femmes. Les participants ont reçu un score de santé cardiovasculaire de 0 à 12 en fonction de l’indice de masse corporelle, de la pression artérielle, du cholestérol sanguin, du tabagisme, du régime alimentaire et de l’activité physique au départ, les scores les plus élevés correspondant à une meilleure santé cardiovasculaire.

Les participants ont ensuite été répartis en trois catégories de santé cardiovasculaire en fonction de leur score : mauvaise (0-5), intermédiaire (6-7) et idéale (8-12). Pour évaluer la prédisposition génétique au diabète de type 2, les chercheurs ont utilisé 403 variantes génétiques indépendantes liées à cette maladie pour calculer un score de risque génétique. Les participants ont ensuite été classés dans les catégories de risque génétique faible, intermédiaire ou élevé en fonction de leur score.

Des résultats révélateurs

Au total, 869 personnes ont développé un diabète de type 2 au cours des 69 208 années-personnes de suivi. Les chercheurs ont estimé et comparé le risque de diabète de type 2 au cours de la vie dans les catégories de santé cardiovasculaire et de risque génétique.

En examinant uniquement la santé cardiovasculaire, les chercheurs ont constaté que le risque résiduel de diabète de type 2 au cours de la vie était plus faible chez les personnes ayant une meilleure santé cardiaque. Par exemple, à l’âge de 55 ans, les participants présentant une santé cardiovasculaire idéale avaient un risque de 22,6 % de développer un diabète de type 2 au cours de leur vie, contre 28,3 % et 32,6 % pour les personnes présentant une santé cardiovasculaire intermédiaire et médiocre, respectivement.

Lorsque le risque génétique était pris en compte, le risque de diabète de type 2 au cours de la vie était encore plus faible chez les personnes ayant une meilleure santé cardiovasculaire. À l’âge de 55 ans, par exemple, le risque résiduel de diabète au cours de la vie dans le groupe à risque génétique élevé était de 23,5 % pour les personnes ayant une santé cardiovasculaire idéale, contre 33,7 % et 38,7 % pour celles ayant une santé cardiovasculaire intermédiaire et médiocre, respectivement. Les mêmes relations ont été observées dans les groupes à risque génétique faible et intermédiaire.

Des résultats qui s’appliquent aux hommes et aux femmes

Le Dr Ahmadizar a déclaré : « nos résultats soulignent l’importance d’une bonne santé cardiaque dans la prévention du diabète de type 2 chez les adultes d’âge moyen, qu’ils présentent un risque génétique élevé ou faible. En d’autres termes, un mode de vie sain est associé à un risque significativement plus faible de diabète de type 2, quelle que soit la catégorie de risque génétique. Ces résultats s’appliquent aussi bien aux hommes qu’aux femmes et indiquent que des habitudes saines au milieu de la vie constituent une stratégie efficace pour prévenir le diabète plus tard. »

Cette recherche a été publiée dans European Journal of Preventive Cardiology.

Source : European Society of Cardiology
Photo Crédit : StockPhotoSecrets