une-exoplanète-orbitant-autour-de-trois-étoiles

La plupart des planètes que les astronomes ont découvertes orbitent autour d’une seule étoile – quelques-unes en orbitent deux, mais jusqu’à présent, nous n’avons jamais repéré d’exoplanète orbitant autour de trois étoiles simultanément. Maintenant, des chercheurs ont repéré des indices d’un jeune monde avec trois étoiles hôtes.

Trois étoiles

Ces indices proviennent d’un système stellaire appelé GW Orionis, qui se compose de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, à peu près à la même distance que la Terre du Soleil, et d’une troisième qui tourne autour des deux autres, environ huit fois plus loin. Autour de ce système se trouve un disque de poussière et de gaz séparé en trois anneaux.

Il existe un énorme écart – d’environ 15 milliards de kilomètres – entre l’anneau le plus interne et les deux autres. Certains astronomes ont interprété cet écart comme s’il s’était formé lorsque le couple de gravité des trois planètes a déchiré le disque, mais grâce à une série de simulations, Jeremy Smallwood, de l’Université du Nevada à Las Vegas, et ses collègues ont déterminé qu’il est plus probable qu’une planète l’ait creusé.

Ils ont effectué une série de 11 simulations de ces étoiles, y compris du gaz dans le disque – la poussière dans le disque est censée suivre la structure du gaz. Sans planète géante, ce couple n’a pas déchiré le disque en anneaux séparés, mais l’insertion d’une planète de la taille de Jupiter a reproduit l’écart observé. Lorsque l’écart s’est comblé au fil du temps, la planète en a simplement creusé un nouveau.

Il pourrait y en avoir une deuxième

« Nous n’avons pas observé cette planète directement, mais il y a des raisons de penser qu’une planète façonne cet espace », déclare Smallwood. Si c’est le cas, il s’agit de la première planète jamais découverte qui tourne autour de trois étoiles, et il pourrait même y avoir une deuxième planète, plus petite, entre les deux anneaux extérieurs.

Cependant, la confirmation de cette hypothèse sera difficile, dit-il. La plus grande planète supposée serait très éloignée des étoiles et aurait une orbite inclinée, ce qui la rendrait difficile à détecter avec la méthode habituelle, qui consiste à faire passer une planète devant une étoile et à bloquer une partie de sa lumière.

La meilleure façon de confirmer l’existence de cette planète serait d’en prendre une image directe, mais le système se trouve à plus de 1 000 années-lumière de la Terre, ce qui serait également difficile.

Cette recherche a été pré-publiée dans arXiv.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay