deux-médicaments-effifaces-contre-le-SARS-CoV-2

De plus en plus de pays disposant de ressources plus importantes s’ouvrent à une vie normale. Mais le SARS-CoV-2 constitue toujours une menace importante dans de grandes parties du monde. Le manque de médicaments efficaces, faciles à distribuer et à obtenir constitue une part importante de ce problème.

Toutefois, des récentes recherches sur une nouvelle association de médicaments donnent des résultats prometteurs. L’utilisation combinée du nafamostat et de Pegasys (IFNα) répond à toutes les exigences de disponibilité et d’efficacité.

Efficace en laboratoire

« Cette association supprime efficacement l’infection », déclare le professeur Denis Kainov du département de médecine clinique et moléculaire (IKOM) de l’université norvégienne des sciences et des technologies (NTNU).

Les expériences ont été réalisées sur des cultures cellulaires et des hamsters. Cela ne signifie pas nécessairement que cette combinaison fonctionne chez l’homme, mais c’est un bon signe.

Le nafamostat est déjà utilisé en monothérapie contre le COVID-19 et fait l’objet de tests approfondis au Japon, entre autres. Le pegasys (IFNα) est actuellement utilisé principalement pour traiter l’hépatite C. La combinaison de ces deux molécules semble avoir un effet positif.

« Ces deux médicaments s’attaquent à un facteur dans nos cellules appelé TMPRSS2, qui joue un rôle essentiel dans la réplication virale », explique Magnar Bjørås, professeur au département de médecine clinique et moléculaire. Cela pourrait être un bon tuyau pour les chercheurs qui testent déjà le nafamostat dans la lutte contre le COVID-19.

Un faible dosage est nécessaire

Cette association médicamenteuse ne nécessite également que de faibles doses. « Les faibles doses de ces deux médicaments peuvent présenter plusieurs avantages cliniques, notamment une diminution des effets indésirables et une amélioration des résultats pour les patients », explique Aleksandr Ianevski, chercheur doctoral affilié au département de médecine clinique et moléculaire.

En d’autres termes, cette association médicamenteuse peut à la fois sauver des vies et faciliter la vie des patients. Le nafamostat est relativement peu coûteux. L’inconvénient de Pegasys (IFNα) est son coût plus élevé.

Officiellement, 4,55 millions de personnes sont mortes du COVID-19 dans le monde. Mais les chiffres non déclarés sont très probablement très importants dans les régions du monde où la cause du décès n’est pas toujours enregistrée avec précision.

Le groupe de recherche est très international, mais se concentre sur la Norvège. Les partenaires de recherche de la NTNU comprennent l’hôpital universitaire d’Oslo (Rikshospitalet), l’université d’Oslo, la société française de médecine de précision Oncodesign, l’université de Tartu en Estonie et l’université d’Helsinki.

Cette recherche a été publiée dans Viruses.

Source : NTNU
Crédit photo : StockPhotoSecrets