les-profonds-canyons-sur-mars-ont-été-formés-par-des-inondations

Les inondations ont peut-être été beaucoup plus importantes sur l’ancienne Mars que nous ne le pensions. La planète rouge est sillonnée de réseaux de vallées où coulaient autrefois des rivières et les plus profonds d’entre eux semblent s’être formés rapidement à la suite d’inondations cataclysmiques.

Des réseaux de vallées

Jusqu’à il y a environ 3,5 milliards d’années, de nombreux cratères qui parsèment la surface martienne étaient remplis d’eau. Timothy Goudge, de l’Université du Texas à Austin, et ses collègues ont cartographié la fréquence à laquelle ces lacs débordaient, créant ainsi des ravins.

En général, nous supposons que les lits des rivières sont le plus souvent creusés par une lente érosion, mais sur Terre, on a vu certaines grandes inondations créer des canyons rapidement et violemment. « Au lieu de former une vallée fluviale sur des dizaines de milliers ou des centaines de milliers d’années, vous pourriez les former de manière catastrophique en quelques semaines ou quelques mois, des échelles de temps très rapides pour la géologie », explique Goudge.

Ils ont une profondeur de 170 mètres

Les chercheurs ont constaté que les ravins martiens qui se sont formés rapidement à partir du débordement de lacs étaient rares – ils ne représentaient qu’environ 3 % de la longueur totale combinée de toutes les vallées dans les zones qu’ils ont examinées. Mais avec une profondeur moyenne de 170 mètres, ces ravins étaient plus de deux fois plus profonds que les autres vallées en moyenne, ce qui signifie qu’ils étaient responsables d’une énorme quantité d’érosion.

« Si l’on observe le paysage et que l’on cartographie ces vallées, elles semblent plutôt éparses, mais si l’on examine les volumes, on constate que ces canyons de sortie catastrophiques représentent en fait environ un quart de l’érosion totale des vallées », explique Goudge.

Cela signifie que ces vallées ont probablement joué un rôle bien plus important dans le paysage de l’ancienne Mars que nous ne le pensions, en redirigeant le débit des autres rivières alors que l’eau se déversait dans ces nouveaux canyons.

Mieux comprendre l’habitabilité de Mars

« Notre compréhension de la quantité d’eau disponible à la surface et pendant combien de temps nous aide vraiment à comprendre comment Mars a pu maintenir la vie ou évoluer », explique Goudge. Ces travaux constituent une étape vers la reconstitution de l’histoire de l’eau – et donc de l’habitabilité – sur Mars.

Cette recherche a été publiée dans Nature.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay