les-patients-cancéreux-ne-sont-pas-entièrement-protégé-par-les-vaccins

La pandémie de COVID-19 a été une période particulièrement stressante pour les patients cancéreux soumis à une chimiothérapie, qui attaque non seulement le cancer, mais aussi les cellules immunitaires nécessaires pour défendre l’organisme contre les infections.

Les patients sous chimiothérapie

De nouvelles recherches menées à l’Université des sciences de la santé de l’Arizona ont révélé que les patients sous chimiothérapie avaient une réponse immunitaire plus faible à deux doses du vaccin contre le COVID-19, mais qu’une troisième dose augmentait la réponse.

« Nous voulions être sûrs de comprendre le niveau de protection que les vaccins contre le COVID-19 offrent à nos patients atteints de cancer, en particulier lorsque les restrictions ont été assouplies et que des variants plus contagieux ont commencé à se répandre », a déclaré Rachna Shroff, chef du service d’oncologie médicale.

Pour répondre à cette question, le Dr Shroff et une équipe de chercheurs ont examiné 53 patients sous traitement immunosuppresseur contre le cancer. Ils ont comparé la réponse immunitaire après la première et la deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech avec celle de 50 adultes en bonne santé. Après deux doses de ce vaccin, la plupart des patients atteints de cancer ont montré une certaine réponse immunitaire, ce qui signifie qu’ils avaient des anticorps contre le SARS-CoV-2.

Ils sont partiellement protégés

« Nous avons été agréablement surpris », a déclaré Deepta Bhattacharya, docteur en médecine. « Nous avons examiné les anticorps, les cellules B et les cellules T, qui constituent le système de défense de l’organisme, et nous avons constaté que ce vaccin est susceptible d’être au moins partiellement protecteur pour la plupart des personnes sous chimiothérapie. »

Cependant, la réponse immunitaire était beaucoup plus faible que chez les adultes en bonne santé, et quelques-uns des patients n’ont eu aucune réponse au vaccin contre le COVID-19. Cela se traduit par une protection moindre contre le SARS-CoV-2, notamment le variant delta qui est maintenant la souche dominante aux États-Unis.

La troisième dose a renforcé la protection

Vingt patients sont revenus pour une troisième injection, qui a renforcé la réponse immunitaire de la plupart d’entre eux. La réponse immunitaire globale du groupe après la troisième injection a atteint des niveaux similaires à ceux des personnes qui n’étaient pas sous chimiothérapie après deux doses.

Cette recherche a été publiée dans Nature Medicine.

Source : University of Arizona Health Sciences
Crédit photo : iStock