aucune-différence-de-mortalité-chez-les-porteurs-de-stimulateur-cardiaque-par-rapport-aux-autres

Des chercheurs du Karolinska Institutet, en Suède, ont examiné les résultats à long terme chez les patients ayant reçu l’implantation d’un stimulateur cardiaque après un remplacement transcathéter de la valve aortique par l’aine. Le résultat n’a montré aucune différence significative en matière de mortalité pour les patients porteurs de stimulateurs cardiaques par rapport aux autres.

Une option thérapeutique

Le remplacement valvulaire aortique par cathétérisme est de plus en plus utilisé comme option thérapeutique en cas de rétrécissement sévère de la valve aortique – la principale valve du cœur qui régule le flux sanguin vers l’artère principale du corps.

Dans cette procédure, les médecins insèrent un cathéter depuis l’aine jusqu’au cœur en passant par l’artère principale et remplacent la aortique défectueuse par une valeur artificielle qui normalise le flux sanguin. Cette technique est une alternative à la chirurgie à thorax ouvert.

Une complication potentielle du remplacement de la valve aortique est la nécessité d’implanter un stimulateur cardiaque permanent pour stabiliser le rythme cardiaque. Cette complication s’est avérée plus fréquente après une opération transcathéter que lors d’une chirurgie à thorax ouvert, et a été liée dans des études précédentes à une augmentation de la mortalité. Malgré cela, il y a eu un manque d’études plus importantes sur l’effet de l’implantation d’un stimulateur cardiaque après un remplacement de la valve aortique par cathétérisme.

Une étude sur 3 420 patients

Dans cette étude, les chercheurs ont comparé le taux de survie de tous les patients qui ont subi un remplacement de la valve aortique par un cathéter via une incision à l’aine dans les hôpitaux suédois entre 2008 et 2018. Au total, 3 420 patients ont été inclus, dont 481 (14 %) ont reçu un stimulateur cardiaque permanent dans les 30 jours suivant l’opération. Les patients étaient âgés en moyenne de 81 ans et ont été suivis jusqu’à 11,8 ans (2,7 ans en moyenne).

Cette étude a montré que les patients qui ont reçu un stimulateur cardiaque n’avaient pas un risque significativement plus élevé de décès, d’insuffisance cardiaque ou d’endocardite (une infection cardiaque grave) par rapport à ceux qui n’ont pas eu besoin d’un stimulateur.

« Notre étude contribue à la compréhension de l’impact de l’implantation d’un stimulateur cardiaque après un remplacement transcathéter de la valve aortique, ce qui devient de plus en plus important à mesure que l’utilisation de cette méthode se développe pour inclure des patients plus jeunes et à faible risque ayant une longue espérance de vie », explique Natalie Glaser, chercheuse au département de médecine moléculaire et auteur correspondant de cette étude.

De futures études pour confirmer ces résultats

D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si ces résultats peuvent être reproduits dans une population de patients plus large, comprenant des patients plus jeunes et à faible risque.

Cette recherche a été publiée dans JACC : Cardiovascular Interventions.

Source : Karolinska Institutet
Crédit photo : StockPhotoSecrets