des-lames-intelligentes-de-microscope-pour-détecter-le-cancer

Une étude démontre qu’en modifiant la surface des lames d’un microscope conventionnel à l’échelle nanométrique, les structures biologiques et les cellules prennent un contraste de couleur qui peut être utilisé pour détecter instantanément les maladies.

Des lames d’un microscope 

Le professeur Brian Abbey, responsable de ce projet, a passé les cinq dernières années à développer cette technologie à l’université La Trobe avec le Dr Eugeniu Balaur, co-inventeur. « Les approches actuelles de l’imagerie tissulaire reposent souvent sur la coloration ou le marquage des cellules afin de les rendre visibles au microscope », a déclaré le professeur Abbey.

« Même avec la coloration ou l’étiquetage, il peut être difficile pour les pathologistes de détecter les cellules cancéreuses, avec le risque que certains échantillons soient mal diagnostiqués, en particulier aux tout premiers stades de cette maladie.

« Les récentes percées en nanotechnologie nous ont permis de manipuler l’interaction de la lumière avec les tissus biologiques de sorte que les cellules anormales semblent avoir une couleur différente de celle des cellules saines. Comparer les images de nos lames aux colorations conventionnelles, c’est comme regarder la télévision en couleur alors que tout ce que vous avez vu auparavant est en noir et blanc. »

Dans cette étude, les chercheurs de l’Institut des sciences moléculaires de La Trobe ont fait équipe avec le groupe du professeur associé Belinda Parker pour tester cette nouvelle technologie comme aide au diagnostic du cancer du sein à un stade très précoce.

Le NanoMslide détecte les cancers

Le professeur associé Parker a déclaré que les techniques actuelles peuvent rendre difficile la distinction entre les formes précoces de cancer du sein et les lésions bénignes, en particulier lorsque les cellules de forme anormale ne sont pas nombreuses dans un tissu complexe. Le NanoMslide rend un tel diagnostic beaucoup plus facile.

« Lorsque j’ai regardé pour la première fois un tissu au microscope sur le NanoMslide, j’étais incroyablement euphorique », a déclaré le professeur associé Parker, qui est également professeur associé auxiliaire à La Trobe. « Pour la première fois, j’ai vu des cellules cancéreuses surgir devant moi. Elles étaient d’une couleur différente de celle des tissus environnants, et il était très facile de les distinguer des cellules environnantes. »

Pour un diagnostic précoce

Le professeur associé Parker pense que le NanoMslide complétera les colorants actuellement utilisés, afin de permettre des diagnostics de cancer plus cohérents. « Sur la base de nos résultats préliminaires avec le NanoMslide, nous pensons que cette plateforme pourrait être vraiment utile dans le diagnostic précoce du cancer du sein, mais aussi dans d’autres cancers où nous essayons vraiment de repérer quelques cellules cancéreuses dans un tissu complexe ou un échantillon de sang. »

Cette recherche a été publiée dans Nature.

Source : La Trobe University
Crédit photo : StockPhotoSecrets