une-pression-sanguine-optimale-garde-le-cerveau-jeune

Selon de nouvelles recherches menées par l’Australian National University (ANU), les personnes dont la pression artérielle élevée se situe dans la fourchette normale recommandée risquent de voir leur cerveau vieillir plus rapidement.

Avoir une pression artérielle optimale

Cette recherche a également révélé qu’une pression artérielle optimale aide notre cerveau à rester au moins six mois plus jeune que notre âge réel. Les chercheurs demandent maintenant que les directives nationales en matière de santé soient mises à jour pour refléter leurs importantes découvertes.

L’étude de l’ANU a révélé que les participants présentant une pression artérielle élevée avaient un cerveau plus âgé et donc moins sain, ce qui augmentait leur risque de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de démence.

Les participants dont la tension artérielle était élevée, mais se situait dans la fourchette normale, avaient également un cerveau plus âgé et risquaient de souffrir de problèmes de santé.

« Cette idée que le cerveau d’une personne devient malsain à cause d’une pression artérielle élevée plus tard dans la vie n’est pas tout à fait vraie », a déclaré le professeur Nicolas Cherbuin. « Cela commence en fait plus tôt et cela commence chez les personnes qui ont une pression artérielle normale ». La pression artérielle normale est définie par une pression inférieure à 120/80, alors qu’une pression artérielle optimale et plus saine est plus proche de 110/70.

Ces nouvelles recherches interviennent après qu’une vaste étude internationale a révélé que le nombre de personnes de plus de 30 ans souffrant d’hypertension artérielle a doublé dans le monde. Le cardiologue et coauteur de cette étude, le professeur Walter Abhayaratna, a déclaré que si nous maintenons une pression artérielle optimale, notre cerveau restera plus jeune et plus sain en vieillissant.

Changer son mode de vie

« Il est important d’introduire des changements dans le mode de vie et le régime alimentaire dès le début de la vie pour prévenir une augmentation trop importante de notre tension artérielle, plutôt que d’attendre qu’elle devienne un problème », a-t-il déclaré.

« Par rapport à une personne ayant une pression artérielle élevée de 135/85, on a constaté qu’une personne ayant une lecture optimale de 110/70 a un âge cérébral qui semble plus de six mois plus jeune au moment où elle atteint l’âge moyen. »

L’équipe de l’ANU, en collaboration avec des collègues d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’Allemagne, a examiné plus de 2 000 scans du cerveau de 686 personnes en bonne santé âgées de 44 à 76 ans.

La pression artérielle des participants a été mesurée jusqu’à quatre fois sur une période de 12 ans. Les données relatives au scanner cérébral et à la pression artérielle ont été utilisées pour déterminer l’âge cérébral d’une personne, qui est une mesure de la santé du cerveau.

L’auteur principal, le professeur Cherbuin, a déclaré que les résultats mettent en évidence une préoccupation particulière pour les jeunes âgés de 20 à 30 ans, car il faut du temps pour que les effets d’une pression artérielle élevée se fassent sentir sur le cerveau.

Les effets d’une pression artérielle élevée s’accumulent

« En détectant l’impact de l’augmentation de la pression artérielle sur la santé cérébrale des personnes âgées de 40 ans et plus, nous devons supposer que les effets d’une pression artérielle élevée doivent s’accumuler sur de nombreuses années et pourraient commencer dès la vingtaine. Cela signifie que le cerveau d’une jeune personne est déjà vulnérable », a-t-il déclaré.

Le professeur Abhayaratna a déclaré que ces résultats montrent la nécessité pour tout le monde, y compris les jeunes, de vérifier régulièrement leur tension artérielle. « Les adultes australiens et de tous les pays devraient profiter de l’occasion pour vérifier leur tension artérielle au moins une fois par an lorsqu’ils consultent leur médecin généraliste, dans le but de s’assurer que leur tension artérielle cible est plus proche de 110/70, en particulier chez les jeunes et les groupes d’âge moyen », a-t-il déclaré.

Modifier des facteurs de style de vie

« Si vos niveaux de pression artérielle sont élevés, vous devriez profiter de l’occasion pour discuter avec votre médecin généraliste des moyens de réduire votre pression artérielle, y compris la modification des facteurs de style de vie, notamment le régime alimentaire et l’activité physique. »

Cette recherche a été publiée dans la revue Frontiers in Aging Neuroscience.

Source : Australian National University
Crédit photo : StockPhotoSecrets