un-médicament-anticancéreux-dérivé-un-champignons-avère-prometteur

Un nouveau partenariat industriel et universitaire entre l’université d’Oxford et la société biopharmaceutique NuCana a permis de découvrir que le médicament de chimiothérapie NUC-7738, dérivé d’un champignon de l’Himalaya, est 40 fois plus puissant pour tuer les cellules cancéreuses que son composé parent.

Un anticancéreux très puissant 

Des chercheurs de l’université d’Oxford ont collaboré avec l’entreprise NuCana pour évaluer ce nouveau médicament de chimiothérapie dérivé d’un champignon. Ils ont découvert que le NUC-7738, développé par NuCana, est jusqu’à 40 fois plus puissant pour tuer les cellules cancéreuses que son composé parent, avec des effets secondaires toxiques limités.

L’analogue nucléosidique naturel connu sous le nom de Cordycépine (alias 3′-désoxyadénosine) se trouve dans le champignon de l’Himalaya Cordyceps sinensis et est utilisé en médecine traditionnelle chinoise depuis des centaines d’années pour traiter les cancers et autres maladies inflammatoires. Cependant, il se décompose rapidement dans la circulation sanguine, de sorte qu’une quantité minimale de ce médicament anticancéreux est délivrée à la tumeur.

Afin d’améliorer sa puissance et d’évaluer cliniquement ses applications en tant que médicament anticancéreux, la société biopharmaceutique NuCana a développé la Cordycepine pour en faire une thérapie clinique, en utilisant sa nouvelle technologie ProTide, afin de créer un médicament chimiothérapeutique à l’efficacité considérablement améliorée.

Une fois dans l’organisme, la Cordycépine doit être transportée dans les cellules cancéreuses par un transporteur de nucléosides (hENT1), elle doit être convertie en métabolite anticancéreux actif, appelé 3′-dATP, par une enzyme de phosphorylation (ADK), et elle est rapidement dégradée dans le sang par une enzyme appelée ADA.

La technologie ProTide délivre ce médicament

Ensemble, ces mécanismes de résistance associés au transport, à l’activation et à la dégradation entraînent une libération insuffisante du métabolite anticancéreux dans la tumeur. NuCana a utilisé la nouvelle technologie ProTide pour concevoir un traitement capable de contourner ces mécanismes de résistance et de générer des niveaux élevés de 3′-dATP, le métabolite anticancéreux actif, à l’intérieur des cellules cancéreuses.

Cette technologie ProTide est une nouvelle approche pour délivrer des médicaments de chimiothérapie dans les cellules cancéreuses. Elle fonctionne en attachant de petits groupes chimiques aux analogues de nucléosides comme la Cordycépine, qui sont ensuite métabolisés une fois qu’ils ont atteint les cellules cancéreuses du patient, libérant ainsi le médicament activé.

Cette technologie a déjà été utilisée avec succès dans les médicaments antiviraux Remsidivir et Sofusbuvir, approuvés par la FDA, pour traiter différentes infections virales telles que l’hépatite C, l’Ebola et le COVID-19.

Les résultats de cette étude suggèrent qu’en surmontant les principaux mécanismes de résistance au cancer, le NUC-7738 présente une activité cytotoxique supérieure à celle de la Cordycepine contre une série de cellules cancéreuses.

Les premiers résultats sont encourageants 

Les chercheurs d’Oxford et leurs collaborateurs d’Édimbourg et de Newcastle évaluent maintenant le NUC-7738 dans le cadre de l’essai clinique de phase 1 NuTide:701, qui teste ce médicament chez des patients atteints de tumeurs solides avancées résistantes aux traitements conventionnels. Les premiers résultats ont montré que le NUC-7738 est bien toléré par les patients et présente des signes encourageants d’activité anticancéreuse.

D’autres essais cliniques de phase 2 de ce médicament sont maintenant prévus en partenariat avec NuCana, afin d’ajouter au nombre croissant de médicaments anticancéreux issus de la technologie ProTide qui sont en cours de développement pour traiter le cancer.

Cette recherche a été publiée dans Clinical Cancer Research.

Source : University of Oxford
Crédit photo : iStock