la-maladie-mentale-est-associée-à-un-mauvais-sommeil

Selon la plus grande étude de ce type jamais réalisée, les personnes ayant reçu un diagnostic de maladie mentale sont plus susceptibles d’avoir une mauvaise qualité de sommeil que la population en générale.

La maladie mental et le sommeil

« Les différences dans les habitudes de sommeil indiquent que la qualité du sommeil des participants ayant reçu un diagnostic antérieur de maladie mentale est moins bonne, notamment parce qu’ils se réveillent plus souvent et plus longtemps « , a déclaré l’auteur principal, le Dr Shreejoy Tripathy, scientifique indépendante. Il a également souligné que l’évaluation de la qualité du sommeil était tout aussi importante que la mesure de la quantité totale de sommeil en ce qui concerne son impact sur la santé mentale.

« La relation entre le sommeil et la santé mentale est bidirectionnelle », a déclaré l’auteur principal, le Dr Michael Wainberg, chercheur postdoctoral. « Un mauvais sommeil contribue à une mauvaise santé mentale et une mauvaise santé mentale contribue à un mauvais sommeil. Les différences dans les habitudes de sommeil étaient une caractéristique de toutes les maladies mentales que nous avons étudiées, quel que soit le diagnostic. »

Une étude faite auprès de 89 205 participants

Cette étude s’est basée sur les données recueillies auprès de 89 205 participants au Royaume-Uni qui ont accepté de porter au poignet un accéléromètre qui suivait les mouvements du corps 24 heures sur 24 pendant sept jours. Ils ont également consenti à ce que leurs données soient stockées dans une biobanque numérique à des fins de recherche.

Les auteurs ont utilisé des algorithmes de calcul – y compris l’apprentissage automatique – pour résumer cette grande quantité de données en dix paramètres, dont l’heure du coucher, l’heure du réveil, les siestes et la plus longue durée de sommeil ininterrompu. Ils ont ensuite comparé ces paramètres entre les participants qui avaient reçu un diagnostic de maladie mentale au cours de leur vie et ceux qui n’en avaient pas reçu.

Des médicaments pour améliorer la qualité du sommeil

« Nous savons que jusqu’à 80 % des personnes atteintes de troubles mentaux peuvent avoir des problèmes pour s’endormir, rester endormies ou se réveiller plus tôt que prévu « , a déclaré le Dr Michael Mak, psychiatre à CAMH et spécialiste des troubles du sommeil.  » Nous savons que les troubles du sommeil représentent un lourd fardeau pour la société, y compris sur le plan économique. Et nous savons que les traitements qui améliorent la qualité du sommeil, qu’il s’agisse de thérapie ou de certains types de médicaments, peuvent améliorer les résultats en matière de santé mentale.  »

Il s’agit de la première étude transdiagnostique à grande échelle sur le sommeil et la santé mentale mesurés objectivement, et la méthodologie unique de cette étude a permis de surveiller le sommeil dans l’environnement naturel du sommeil à domicile de chaque individu plutôt que dans un laboratoire.

Une énorme flux de données 

« Jusqu’à présent, personne ne s’était intéressé au sommeil mesuré objectivement dans le contexte de la maladie mentale à cette échelle », a déclaré le Dr Tripathy. « Une partie de la raison pour laquelle nous voulions faire cette étude est qu’avec l’émergence des smartphones et des portables, nous avons accès à des flux de données que nous n’avions jamais eus auparavant. »

Cette recherche a été publiée dans PLOS Medicine.

Source : Centre for Addiction and Mental Health
Crédit photo : StockPhotoSecrets