pourquoi-le-lait-chaud-aide-t-il-à-dormir

Selon un conseil traditionnel, boire un verre de lait chaud au coucher favorise une bonne nuit de repos. Les propriétés somnifères du lait sont généralement attribuées au tryptophane, mais des scientifiques ont également découvert un mélange de peptides du lait, appelé hydrolysat tryptique de caséine (CTH), qui soulage le stress et favorise le sommeil.

Des peptides

Maintenant, les chercheurs ont identifié des peptides spécifiques dans le CTH qui pourraient un jour être utilisés dans de nouveaux remèdes naturels pour le sommeil. Les sédatifs, comme les benzodiazépines et le zolpidem, sont couramment prescrits pour traiter l’insomnie, mais ils peuvent provoquer des effets secondaires et les gens peuvent en devenir dépendants. De nombreux sédatifs agissent en activant le récepteur GABA, une protéine du cerveau qui supprime les signaux nerveux.

Les scientifiques ont également découvert plusieurs peptides naturels, ou petits morceaux de protéines, qui se lient au récepteur GABA et ont des effets anti-anxiété et favorisent le sommeil. Par exemple, le traitement d’une protéine du lait de vache, appelée caséine, par l’enzyme digestive trypsine produit un mélange de peptides favorisant le sommeil, appelé CTH.

Au sein de ce mélange, un peptide spécifique connu sous le nom d’α-casozépine (α-CZP) a été identifié et pourrait être responsable de certains de ces effets. Lin Zheng, Mouming Zhao et leurs collègues se sont demandé s’ils pouvaient trouver dans la CTH d’autres peptides favorisant le sommeil, peut-être plus puissants.

Ils ont comparé les effets de la CTH et de l’α-CZP

Les chercheurs ont d’abord comparé les effets de la CTH et de l’α-CZP lors de tests de sommeil chez la souris, et ont constaté que la CTH présentait de meilleures propriétés d’amélioration du sommeil que l’α-CZP seul. Ce résultat suggère que d’autres peptides favorisant le sommeil que l’α-CZP existent dans la CTH.

L’équipe a ensuite utilisé la spectrométrie de masse pour identifier les peptides bioactifs libérés par la CTH au cours d’une simulation de digestion gastrique, et a procédé à un examen virtuel de ces peptides pour déterminer s’ils se lient aux récepteurs GABA et s’ils sont capables de traverser la barrière hémato-encéphalique.

Lorsque les meilleurs candidats ont été testés sur des souris, le meilleur (appelé YPVEPF) a augmenté le nombre de souris qui s’endormaient rapidement d’environ 25 % et la durée du sommeil de plus de 400 % par rapport à un groupe témoin. En plus de ce peptide prometteur, il faudrait en explorer d’autres dans la CTH qui pourraient améliorer le sommeil par d’autres voies, affirment les chercheurs.

Cette recherche a été publiée dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry.

Source : ACS Chemistry for life
Crédit photo : Pixabay