une-nouvelle-protéine-pour-le-traitement-du-glaucome

Une étude menée par la Northwestern Medicine sur des souris a permis d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques pour le glaucome, notamment la prévention d’une forme pédiatrique grave de glaucome, ainsi que la découverte d’une nouvelle classe de traitement pour la forme la plus courante de glaucome chez l’adulte.

Traiter le glaucome

Chez les personnes atteintes de glaucome à haute pression, le liquide contenu dans l’œil ne s’écoule pas correctement et fait monter la pression sur le nerf optique, ce qui entraîne une perte de vision. Cette maladie touche 60 millions de personnes dans le monde et constitue la cause la plus fréquente de cécité chez les personnes de plus de 60 ans.

Bien qu’il existe quelques traitements pour le glaucome à angle ouvert, la forme la plus courante de glaucome chez l’adulte, il n’y a pas de remède, et une forme grave de glaucome chez les enfants entre la naissance et trois ans, appelée glaucome congénital primaire, ne peut être traitée que par la chirurgie.

« Bien que le glaucome congénital primaire soit beaucoup plus rare que le glaucome à angle ouvert, il est dévastateur pour les enfants », a déclaré l’auteur correspondant, le Dr Susan Quaggin. « De nouveaux traitements et de nouvelles classes de traitements sont nécessaires de toute urgence pour ralentir la perte de vision dans ces deux formes.

Un traitement protéique non toxique

En utilisant l’édition des gènes, les scientifiques de cette étude ont développé de nouveaux modèles de glaucome chez la souris qui ressemblent au glaucome congénital primaire. En injectant un nouveau traitement protéique non toxique et de longue durée (Hepta-ANGPT1) à des souris, les scientifiques ont pu remplacer la fonction des gènes qui, lorsqu’ils sont mutés, provoquent le glaucome.

Grâce à ce traitement injectable, les scientifiques ont également réussi à empêcher l’apparition du glaucome chez un modèle. Cette même thérapie, lorsqu’elle a été injectée dans les yeux de souris adultes en bonne santé, a réduit la pression oculaire, ce qui en fait une nouvelle classe de thérapie pour la cause la plus courante de glaucome chez l’adulte (glaucome à angle ouvert à pression intraoculaire élevée).

Mettre au point un système d’administration

La prochaine étape consiste à mettre au point un système d’administration approprié pour ce nouveau traitement protéique chez les patients et à le mettre en production, a déclaré Quaggin.

Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.

Source : Northwestern University
Crédit photo : StockPhotoSecrets