le-COVID-19-est-une-infection-saisonnière

Une nouvelle étude menée par l’Institut de santé globale de Barcelone (ISGlobal), fournit des preuves solides que le COVID-19 est une infection saisonnière liée aux basses températures et à l’humidité, tout comme la grippe saisonnière. Ces résultats confirment également la contribution considérable de la transmission aérienne du SARS-CoV-2 et la nécessité d’adopter des mesures favorisant l’hygiène de l’air.

Le COVID-19 est une maladie saisonnière

Une question-clé concernant le SARS-CoV-2 est de savoir s’il se comporte, ou se comportera, comme un virus saisonnier comme la grippe, ou s’il sera transmis de la même manière à tout moment de l’année. Une première étude de modélisation théorique a suggéré que le climat n’était pas un facteur déterminant dans la transmission du COVID-19, étant donné le nombre élevé d’individus sensibles et non immunisés contre ce virus.

Cependant, certaines observations ont suggéré que la propagation initiale du COVID-19 en Chine s’est produite à une latitude comprise entre 30 et 50o N, avec de faibles niveaux d’humidité et de basses températures (entre 5 et 11 C).

« La question de savoir si le COVID-19 est une véritable maladie saisonnière devient de plus en plus importante, avec des implications pour déterminer des mesures d’intervention efficaces », explique Xavier Rodó, directeur du programme Climat et santé à ISGlobal et coordinateur de cette étude.

Pour répondre à cette question, Xavier Rodó et son équipe ont d’abord analysé l’association de la température et de l’humidité dans la phase initiale de la propagation du SARS-CoV-2 dans 162 pays sur les cinq continents, avant que des changements dans le comportement humain et les politiques de santé publique ne soient mis en place.

Les résultats montrent une relation négative entre le taux de transmission, la température et l’humidité à l’échelle mondiale : des taux de transmission plus élevés étaient associés à des températures et à une humidité plus faibles.

Prédire les différentes vagues

Enfin, à l’aide d’un modèle épidémiologique, l’équipe de recherche a montré que l’intégration de la température dans le taux de transmission permet de mieux prédire la montée et la descente des différentes vagues, notamment la première et la troisième en Europe.

« Dans l’ensemble, nos résultats confirment que le COVID-19 est une véritable infection saisonnière à basse température, similaire à la grippe et aux coronavirus circulants plus bénins », déclare Rodó.

Cette saisonnalité pourrait contribuer de manière importante à la transmission du SARS-CoV-2, car il a été démontré que les conditions de faible humidité réduisent la taille des aérosols et augmentent ainsi la transmission par voie aérienne des virus saisonniers tels que la grippe.  »

L’hygiène de l’air

Ce lien justifie que l’on mette l’accent sur « l’hygiène de l’air » en améliorant la ventilation intérieure, car les aérosols sont capables de rester en suspension plus longtemps « , explique Rodó, et souligne la nécessité d’inclure les paramètres météorologiques dans l’évaluation et la planification des mesures de contrôle.

Cette recherche a été publiée dans Nature Computational Science.

Source : Barcelona Institute for Global Health
Crédit photo : StockPhotoSecrets