les-dinosaures-vivaient-en-troupeaux-plus-tôt-que-on-croyait

Les dinosaures vivaient en troupeaux plus tôt qu’on ne le pensait, selon une analyse des fossiles de sauropodomorphes – un groupe qui comprend de grands herbivores au long cou et à la petite tête, comme le Diplodocus.

Ils vivaient en troupeaux

Les sauropodomorphes ont été parmi les premiers dinosaures à apparaître sur Terre. Ils ont été les herbivores terrestres dominants pendant 40 millions d’années, au cours du Trias supérieur et du Jurassique inférieur. De nombreuses raisons ont été avancées pour expliquer la survie de ces dinosaures, comme leur poids, leur grande taille et leur taux de croissance rapide.

Diego Pol, du Musée de paléontologie Egidio Feruglio de Trelew, en Argentine, et ses collègues pensent que leur comportement social pourrait également avoir joué un rôle-clé dans cette réussite.

Dans des roches vieilles d’environ 193 millions d’années trouvées dans la formation Laguna Colorada en Argentine, l’équipe a découvert les restes fossilisés de 69 individus appartenant à une espèce bipède de sauropodomorphe précoce appelée Mussaurus patagonicus et plus de 100 œufs. Des fouilles antérieures sur le site avaient mis au jour les restes de 11 autres individus.

Les chercheurs ont découvert que chaque nid contenait entre 8 et 30 œufs, et l’espacement étroit des nids suggère que cette zone était un lieu de reproduction commun pour le M. patagonicus.

40 millions d’années plus tôt

À proximité, ils ont trouvé les restes de huit éclosions regroupées, à seulement 50 mètres d’un groupe de 11 M. patagonicus juvéniles âgés de moins d’un an. Ils ont également trouvé neuf individus plus âgés que des juvéniles mais plus jeunes que des adultes et qui étaient proches les uns des autres, ainsi qu’une paire d’adultes ensemble.

Toutes ces preuves suggèrent que M. patagonicus vivait en troupeaux. Avant cela, les premières preuves du comportement grégaire des dinosaures provenaient de roches vieilles d’environ 150 millions d’années. Ces nouvelles découvertes prolongent ce record de 40 millions d’années.

La découverte de jeunes et de vieux M. patagonicus si proches les uns des autres indique qu’ils vivaient en troupeau tout au long de leur vie et qu’ils interagissaient principalement avec des individus de leur âge. « Il s’agit d’un comportement social et d’une interaction sociale assez complexe. Nous n’avions aucune idée que les premiers dinosaures étaient aussi sociaux », déclare Pol.

Une cohésion sociale

Pour ces dinosaures, vivre ensemble dans une cohésion sociale aurait été un moyen très efficace de protéger leurs petits des dangers tels que les prédateurs, ajoute-t-il. Les auteurs de cette étude suggèrent que ce comportement social a influencé le succès précoce des sauropodomorphes en tant qu’herbivores terrestres.

Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay