un-régime-à-base-acides-aminés-essentiels-lutterait-contre-la-démence

Dans une récente étude, des chercheurs japonais ont montré qu’un régime pauvre en protéines peut accélérer la dégénérescence cérébrale chez les modèles de souris de la maladie d’Alzheimer.

Amino LP7 peut ralentir la dégénérescence cérébrale

Plus important encore, ils ont découvert qu’Amino LP7 – un supplément contenant sept acides aminés spécifiques – peut ralentir la dégénérescence cérébrale et le développement de la démence chez ces animaux. Leurs travaux s’inscrivent dans le prolongement d’études antérieures, qui ont démontré l’efficacité d’Amino LP7 pour améliorer les fonctions cognitives.

Le Dr Makoto Higuchi, qui a participé à cette étude, explique que « chez les personnes âgées, les régimes pauvres en protéines sont liés à un mauvais maintien des fonctions cérébrales. Les acides aminés sont les éléments constitutifs des protéines. Nous avons donc voulu comprendre si une supplémentation en acides aminés essentiels peut protéger le cerveau des personnes âgées contre la démence, et si oui, quels mécanismes contribueraient à cet effet protecteur. »

Tout d’abord, les chercheurs ont étudié comment un régime pauvre en protéines affecte le cerveau chez des modèles murins de la maladie d’Alzheimer, qui présentent généralement une neurodégénérescence et des agrégats anormaux de protéines « Tau » dans le cerveau.

Ils ont constaté que les souris soumises à un régime pauvre en protéines présentaient non seulement une dégénérescence accélérée du cerveau, mais aussi des signes de mauvaise connectivité neuronale. Fait intéressant, ces effets ont été inversés après une supplémentation en Amino LP7, ce qui indique que cette combinaison de sept acides aminés spécifiques pourrait inhiber les lésions cérébrales.

Amino LP7 a supprimé la mort neuronale

Ensuite, l’équipe de recherche a examiné comment Amino LP7 affecte les différents signes de dégénérescence du cerveau dans le modèle de la maladie d’Alzheimer. Les souris non traitées ont montré des niveaux élevés de dégénérescence progressive du cerveau, mais le traitement par Amino LP7 a supprimé la mort neuronale et a ainsi réduit la dégénérescence du cerveau, même si les agrégats de Tau sont demeurés présents.

Selon le Dr Akihiko Kitamura, qui a également dirigé cette étude, « les plaques de Tau dans le cerveau sont des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer et la plupart des traitements les ciblent. Cependant, nous avons montré qu’il est possible de surmonter ce dépôt de Tau et de prévenir l’atrophie cérébrale via une supplémentation en Amino LP7. »

Ensuite, pour comprendre comment l’Amino LP7 protège le cerveau, les chercheurs ont analysé de manière exhaustive les changements au niveau des gènes induits par l’Amino LP7. Leurs résultats sont très encourageants. Ils ont observé que l’Amino LP7 réduit l’inflammation du cerveau et empêche également la kynurénine, un inducteur d’inflammation, de pénétrer dans le cerveau, empêchant ainsi les cellules immunitaires inflammatoires d’attaquer les neurones.

« Ces résultats suggèrent que ces acides aminés essentiels peuvent contribuer à maintenir l’équilibre dans le cerveau et à prévenir sa détérioration. Notre étude est la première à signaler que des acides aminés spécifiques peuvent prévenir le développement de la démence », déclarent le Dr Hideaki Sato et le Dr Yuhei Takado, qui ont tous deux contribué à cette étude.

Possiblement efficace chez l’homme

« Bien que notre étude ait été réalisée sur des souris, elle permet d’espérer que l’apport en acides aminés pourrait également modifier le développement des démences chez l’homme, y compris la maladie d’Alzheimer », ajoutent-ils.

L’étude de ce groupe de recherche ouvre plusieurs pistes pour mieux comprendre comment les démences apparaissent et comment elles peuvent être prévenues. Étant donné que l’Amino LP7 améliore les fonctions cérébrales chez les personnes âgées sans troubles cognitifs, leurs résultats suggèrent qu’il pourrait également être efficace chez les personnes souffrant de dysfonctionnement cognitif.

Cette recherche a été publiée dans Science Advances.

Source : The National Institutes for Quantum Science and Technology
Crédit photo : iStock